Beauvau de la sécurité : Emmanuel Macron en terrain miné

·1 min de lecture

La journée inaugurale aura lieu lundi : le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'entretiendra avec les syndicats policiers et représentants de la gendarmerie pour leur présenter le " Beauvau de la sécurité", cycle de concertations qui doit s'étendre jusqu'au mois de mai. Objectif fixé par Emmanuel Macron lui-même, comme le principe de ce grand raout : " améliorer les conditions d'exercice" des forces de l'ordre et " consolider" les liens avec les Français, mis à mal par plusieurs affaires de violences commises par des fonctionnaires. Une nouvelle étape dans l'entreprise de reconquête régalienne lancée par le chef de l'État, régulièrement accusé par les oppositions de ne pas être à la hauteur. À moins d'un an et demi de l'élection présidentielle, Macron et son gouvernement, sur ce terrain, n'ont plus le droit à l'erreur.

Plan de lutte contre le séparatisme, proposition de loi sur la sécurité globale, renforcement du budget du ministère de la Justice… Le gouvernement multiplie, depuis plusieurs mois, les initiatives. Suffisant pour éteindre la critique selon laquelle la politique sécuritaire serait l'angle mort du macronisme? " Cette critique est derrière nous, veut-on croire dans l'entourage du Président. Les gens ont compris qu'il y avait à la fois la volonté et les actes."

La droite dénonce " un grand exercice de communication"

Mais " il manquait effectivement quelque chose : ce Beauvau de la sécurité", estime le député La République en marche – et ancien chef du Raid ...


Lire la suite sur LeJDD