« Beauvau de la sécurité » : Ça ressemblera à quoi, l’instance de contrôle parlementaire des forces de l’ordre voulue par Emmanuel Macron ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

POLICE - Emmanuel Macron a annoncé ce mardi la création d’une délégation parlementaire de contrôle des forces de l’ordre, sur le modèle de celle qui existe pour le renseignement

En conclusion du « Beauvau de la sécurité », ce mardi, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une « instance de contrôle parlementaire des forces de l’ordre » dans le but d’évaluer leurs actions.

Servant d’exemple et de modèle assumé, la délégation parlementaire au renseignement est constituée de huit membres du Parlement, respectivement quatre députés et quatre sénateurs. Certains membres sont statutaires, les présidents de commission, et d’autres sont nommés par les présidents des assemblées. Les travaux se déroulent à huis clos.

« Le point majeur est que toutes les forces politiques au Parlement sont représentées. Aujourd’hui, la majorité à l’Assemblée nationale n’est pas majoritaire à la délégation : nous avons deux postes sur huit. C’est une délégation transpartisane », indique la députée La République en marche Yaël Braun-Pivet, membre de ladite délégation. Un caractère transpartisan accru par le fait que les décisions sont toujours prises à l’unanimité. « C’est un lieu de dépassement des clivages politiques », résume l’élue.

Tout reste à définir et à délimiter

La délégation parlementaire au renseignement rend tous les ans un rapport qui fait un certain nombre de r(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Beauvau de la sécurité » : Emmanuel Macron devrait clôturer la consultation le 14 septembre
Racisme : Les préjugés ont reculé en 2020 mais les actes anti-musulmans ont bondi de 52 %, révèle un rapport
Émeutes à la mort d’Adama Traoré : son frère Bagui acquitté aux assises
Mort d'Adama Traoré : Les juges ordonnent un complément d'expertise médicale
Violences policières : La chanteuse lyrique Pretty Yende dénonce la « brutalité » de la police

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles