Beauvais : y a-t-il encore de la résistance sur l’armement de la police municipale ?

F.C.
La police municipale de Beauvais devrait être armée selon un souhait de la maire Caroline Cayeux

La maire a rencontré les deux groupes d’opposition ce samedi.


Il paraît qu’à Beauvais, une majorité d’habitants serait favorable à l’armement de la police municipale. Selon un sondage commandé par les services de la ville entre les 18 et 21 mai, 61 % des 803 personnes interrogées ne sont plus hostiles à voir les agents détenir une arme à feu. Dans le détail 43 % disent être « plutôt favorable », et 18 % être « tout à fait favorable ». La tendance se serait donc totalement inversée en trois ans. Lors du référendum local de septembre 2015, les 6 200 électeurs qui s’étaient rendus aux urnes s’étaient prononcés à 67 % contre. « On aurait souhaité une nouvelle consultation, objecte Anne Geoffroy, à la tête du groupe d’opposition Utile pour Beauvais. L’important c’est la démocratie directe, pas la démocratie d’opinion, pas un sondage ».

Samedi matin, la conseillère municipale s’est entretenue avec la maire (LR) Caroline Cayeux qui avait annoncé lors du dernier conseil municipal son intention d’armer ses agents : « En 2015, on était contre, on l’est toujours aujourd’hui », dit-elle sans pouvoir avancer des arguments. Caroline Cayeux a également reçu l’élue d’extrême droite Florence Italiani. Favorable à l’armement des municipaux, il y a trois ans, elle reste sur le même positionnement.

La maire va sonder jusqu’au 15 juin les représentants d’associations. « On aura ensuite 48 heures pour affirmer notre décision », dit-elle. Une allusion au prochain municipal qui aura lieu trois jours après et au cours duquel elle devrait valider l’armement de la police. « Il ne faut pas craindre le débat, glisse Anne Geoffroy. Même si je pense que sa décision est déjà prise ».




Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Les routes nationales de l’Oise au fond du trou
Oise : le week-end en images
Nanteuil-le-Haudouin : 100 emplois à pourvoir chez Alinéa
Propreté des rues : à Creil, la mairie durcit le ton et alourdit les sanctions
Nathalie Ravier, maire de Méru : « Un mandat, c’est court, deux ce sera suffisant »