Beauvais : les associations de cyclistes signeront-elles la charte vélo ?

Patrick Caffin
Beauvais. Etienne Lemaire, trésorier de Vellovaque, lors d’une opération de comptage des cyclistes en ville. Il se pose la question sur l’utilité de signer la charte pour le retour du vélo en ville alors qu’aucun financement n’est prévu par la municipalité

Déçues par l’absence de budget, les associations de cyclistes hésitent à signer la charte vélo de la ville.


Vont-elles signer la charte vélo ? Les associations cyclistes de Beauvais (Beauvélo, Vellovaque, Amicale cyclotouriste, Club Beauvais team cycliste, Club Beauvais Bike) se posent sérieusement la question même si les élus ont validé, lors du dernier conseil municipal, la création de « la charte pour le retour du vélo en ville ».

Tout avait pourtant si bien commencé entre la ville et les cyclistes. « C’était du jamais-vu, assure Etienne Lemaire, le trésorier de BeauVélo et secrétaire adjoint de Vellovaque. Cette charte et les promesses qu’elle apportait pour nous (NDLR : la densification du réseau cyclable), c’était presque trop beau. On a travaillé avec les représentants de la ville, on était écouté. » Mais le beau tableau s’est fissuré lors de la dernière réunion préparatoire avant le conseil municipal.

« On s’engage à mettre les moyens »

« Pendant toutes les réunions de préparation, la ville nous annonçait un budget de 10 € par an, par habitant, c’est-à-dire 300 000 € par an et 1,5 M€ sur cinq ans, explique Etienne Lemaire. Le 27 février, la mention avec le budget avait disparu. On a essayé de savoir pourquoi mais on n’a pas eu de réponse. »

Lors du conseil municipal, la charte a bien été votée mais sans mention d’un quelconque budget. Rien de plus normal pour Jacques Doridam, élu chargé du projet, qui se veut pourtant rassurant. « On s’engage à mettre les moyens, promet-il. Il n’est pas possible de définir un budget en cours d’année. Nous allons voir les différents critères et ensuite nous pourrons définir le budget. Nous travaillerons avec les représentants des usagers pour le définir au mieux. »

« Le doute s’est installé »

Une promesse insuffisante pour certains. « Sincèrement, on se demande si on va signer la charte s’il n’y a pas d’engagement financier de la ville, déclare Etienne Lemaire. Nous avions confiance mais avec les derniers événements, le doute s’est (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Face à la délinquance, les musulmans de Creil veulent faire front commun
Oise : la mère infanticide de La Chapelle-en-Serval toujours hospitalisée
A Noyon, les 110 salariés de Majencia dans l’attente de leur repreneur
Compiègne : voitures brûlées et caméras saccagées au Clos-des-Roses
Pierrefonds : après l’attaque de La Poste, les commerçants inquiets