Beaujolais Nouveau, le millésime 2022 est celui du changement climatique

© Fabrice Ferrer / Inter Beaujolais

C'est le troisième jeudi de novembre. Les Beaujolais Nouveaux sont arrivés ! C'est le nouveau slogan de cette fête populaire et planétaire qui traduit plusieurs types de vins issus de différents terroirs. En 2021, 18 millions de bouteilles se sont écoulées dans le monde. Cette année, il pourrait y en avoir un peu moins.

La nature a été dure avec les vignerons et les vigneronnes du Beaujolais, cette petite région viticole de l’est de la France, qui va du nord de la ville de Lyon au sud de Mâcon. Ils se souviendront de 2022 comme d’un millésime particulièrement éprouvant à cause des phénomènes météorologiques extrêmes qui se sont multipliés tout le long du cycle végétatif de la vigne.

Un millésime marqué d’un sceau climatique

« Il manquait terriblement cette petite pluie juste avant les vendanges », soupire Sandra Escot, cheffe de marché pour la France, la Suisse et la Chine au sein de la société Lallemand, leader mondial de la production de levures, bactéries et leurs dérivés. Cette œnologue et vigneronne au domaine des Pins Saint Amour note que le poids des grappes arrivant dans son chai était par endroit divisé par deux. Résultat : moins 20% de raisins récoltés pour satisfaire les amateurs au Japon, aux États-Unis, au Royaume-Uni ou encore au Canada, qui sont les principaux pays importateurs de Beaujolais et Beaujolais Villages Nouveaux.

À lire aussi : le Beaujolais Nouveau, valeur sûre à l’international

La viticulture durable en marche


Lire la suite sur RFI