Le Beaujolais nouveau est arrivé, mais avec une production plus faible cette année

Au Pied de Cochon, à Paris, une seule vedette hier soir : le Beaujolais, un vin jeune cultivé plus au sud, près de Lyon et qui chaque année en novembre rassemble des amateurs du monde entier.

Mais cette année, on fera moins que les 18 millions de bouteilles de Beaujolais nouveau de 2021, la météo a pénalisé la production, moins 20 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

"La fête du Beaujolais nouveau c'est un moment de convivialité de partage, le vin c'est le partage et le plaisir, explique Gilles Gelin, vignoble au Domain Des Nugues. Nous avons eu une récolte qui est plus faible en volume mais de très jolis jus, nous avons de la fraîcheur. Vous verrez en goûtant le vin que le Beaujolais Nouveau 2022 est un millésime très compétitif."

"Pour l'instant, j'aime bien, dit Miguel Calderon, un touriste américain venu de Chicago. On voit que c'est un vin jeune. Il n'est pas aussi profond que les autres vins, mais je suis très surpris de sa douceur, et il n'est pas aussi acide que les vins plus récents."

"C'est quelque chose que je connaissais depuis des années mais le vivre ici, le jour même de sa sortie, est vraiment excitant, ajoute Catrina Debord, l'épouse de Miguel, et il est merveilleux cette année."

Le Beaujolais nouveau, c'est principalement des rouges à cépage Gamay.

Environ 48% de la production est bue à l'étranger, le Japon en raffole et achète 41% des exportations devant les Etats-Unis et le Royaume-Uni.