Beaufort, fondue et raclette : faites venir à vous les fromages de montagne

·1 min de lecture

Si vous n'allez pas à la montagne cet hiver, alors faites venir la montagne dans vos cuisines. Durant les vacances de février, beaucoup ne rejoindront pas les stations de sport d’hiver, comme ils avaient l’habitude de le faire, crise du coronavirus oblige. Mais cela n'empêche pas de prendre un peu d'altitude, grâce aux fromages de montagne. Beaufort, raclette, fondue, Laurent Mariotte, animateur de La Table des bons vivants chaque samedi sur Europe 1, vous en dit plus sur ces trois incontournables.

Le beaufort, la valeur sûre

Le beaufort, c’est la valeur sûre des fromages de montagnes. Pour le distinguer de son très proche voisin le comté, il faut regarder le talon. "Il a une forme concave, arrondi vers l’intérieur", précise Laurent Mariotte.

Pour bénéficier de l'appellation, le fromage doit répondre à des conditions strictes. La région, d’abord. "On est dans le Beaufortain, la cloche, dans la vallée de la Maurienne, à 800 mètres d'altitude minimum", précise notre gastronome. Et l’affinage, c’est "entre six et neuf mois". "C'est une valeur sûre qu'il faut inviter sur son plateau", conclut Laurent Mariotte.

La fondue, à accommoder à son goût

En cette période morose, la fondue a l’immense avantage d’être conviviale. Et facilement accommodable à son goût. En théorie, elle est composée de trois fromages : le beaufort, justement, le compté et l’emmental. "Mais on peut en mettre quatre", estime Laurent Mariotte. "On peut mettre de l’abondance, et l’emmental, on peut le remplacer par ...


Lire la suite sur Europe1