"Beaucoup d’artistes nous ont plantés..." : Jamel Debbouze se souvient de la première édition du Marrakech du rire

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
VERONIQUE FEL/KISSMAN/M6
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ce 18 juin (date à laquelle le gala a été joué et capté par M6), le festival fête son 10e anniversaire, et vous, vos 47 ans. Est-ce un hasard ?

Jamel Debbouze : Oui et non. Disons que, cette année, les planètes étaient alignées et que j’ai un peu insisté pour que l’événement se déroule à cette période, histoire que la fête soit totale. Après tant de mois de frustration pour les artistes, c’est une magnifique opportunité de communier à nouveau avec le public.

Avez-vous eu des difficultés à convaincre les artistes de venir ?

Pas cette année ! Le plus compliqué a été de dire non à certains. (Rires) Il y a un tel engouement autour de cet événement que la programmation se fait presque toute seule. Et les places se sont vendues en vingt-neuf minutes !

À lire également

"Je resterai toute ma vie, un pauvre à l’intérieur" : Jamel Debbouze évoque son rapport à l’argent (VIDEO)

Pourtant, certains habitués sont absents…

Oui, Florence Foresti, Gad Elmaleh ou encore Franck Dubosc ne sont pas là, car ils sont sur scène ou en tournage. Mais on vous réserve des surprises incroyables. Pour la première fois, nous avons un groupe composé de musiciens du monde entier et de l’Orc...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles