Un beau miroir à deux belles

Libération.fr

Le dernier film de Sophie Fillières, «la Belle et la Belle», est un conte aussi hilarant que subtil, où Margaux, 45 ans, prof d’histoire-géo, fait la connaissance de Margaux, 20 ans, un peu paumée. Soit la jeune femme qu’elle a été, au seuil de l’âge adulte.

A propos du comique très singulier de Sophie Fillières, on a souvent parlé de cocasserie, de fantaisie. Cela passe d’abord par un art unique du dialogue, qui engage le jeu des acteurs et l’évolution du récit. Ses personnages ne font pas exactement des «bons mots», et rarement des jeux de mots, mais ils ont une extraordinaire intelligence du verbe. Ils savent ce que le choix d’un terme ou d’une expression peut ouvrir de possibles en créant un petit décalage dans les échanges, en forçant l’autre à une inflexion de la pensée, de l’imaginaire. Chez Sophie Fillières (lire ci-contre), toute rencontre passe ainsi par une sorte de ricochet verbal, une circulation ludique de vocables volontiers déclinés, répétés - comme le souligne la tautologie de certains titres, Un chat un chat,la Belle et la Belle -, ou jouant sur les paradoxes, les oxymores, les élans contraires - comme d’autres titres : Grande petite, Arrête ou je continue.

Geste d’amour

Qu’ils soient du côté de l’inversion ou de la répétition, les dialogues de Fillières fonctionnent toujours comme un jeu de miroir, où l’on se reconnaît, se reflète et parfois se perd dans les phrases de l’autre. Dans la Belle et la Belle, ce jeu de miroir et la fiction qu’il met en branle prennent la forme d’un récit fantastique qui se noue précisément devant la glace d’une salle de bain. Margaux, 20 ans, rencontre Margaux, 45 ans, et leurs mots coïncident tellement qu’elles doivent se rendre à l’évidence : elles sont une seule et même personne, à des âges différents de la vie. Ce point de départ irrationnel, la cinéaste ne s’épuise pas à le justifier, à le rendre à tout prix réaliste. C’est un pari que nous acceptons immédiatement, d’abord pour une raison simple : l’invraisemblable (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«Comment se rejoindre et se déchirer en même temps ?»
«Comment se rejoindre et se déchirer en même temps ?»
«Takara», petit bonhomme des neiges
«Drop of Sun», irruption solaire
«Razzia», tout est chaos

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages