Beatrice d’York déchante un peu plus : pas plus de 2 invités à son mariage, s’il a bien lieu à la date prévue !

C’est ce qui s’appelle avoir une poisse royale ! Beatrice d’York, qui doit se marier le 29 mai prochain avec son fiancé Edoardo Mapelli Mozzi voit, depuis l’annonce de la grande nouvelle, le plus beau jour de sa vie se transformer en véritable cauchemar. La princesse de 31 ans a déjà dû faire face au scandale sexuel dans lequel est empêtré son père, le prince Andrew. Mais aussi au Megxit, qui l’impacte personnellement. Cette fois-ci, c’est le coronavirus qui vient gâcher la fête…

En effet, alors que le Covid-19 fait rage au Royaume-Uni, avec déjà 177 décès, la princesse renonce à décaler la date de ce jour tant attendu. Et ça pourrait lui coûter très cher. Selon les informations du Daily Express, la cousine de William et Harry et le millionnaire sont en train de réfléchir à organiser une cérémonie plus intime, avec leur famille proche et certains de leurs amis, plutôt qu’un grand « royal wedding » à l’image de ce qu’ont été les mariages de William et Kate Middleton ou Harry et Meghan Markle.

La reine pourrait ne pas assister au mariage

Mais la cérémonie tant attendue pourrait être encore plus confidentielle. Avec les restrictions britanniques actuelles qui n’autorisent que deux membres de la famille ou amis pour ce type d’événement en raison de l’épidémie, même un groupe restreint d’amis semble être trop optimiste. Pire : la reine Elizabeth II, qui fêtera ses 94 ans en avril, et qui de fait, doit éviter tout rassemblement pour ne pas contracter la maladie, pourrait même ne pas voir

Retrouvez cet article sur GALA

Laura Tenoudji va “beaucoup mieux”, mais reste inquiète pour son frère “couché depuis 10 jours”
"Je peux venir ?" : quand Olivier Véran et Coralie Dubost s'interpellaient via Twitter
PHOTO - Alexandra Rosenfeld confinée avec ses filles : elle a trouvé comment tuer le temps !
Confinée, la joueuse de tennis Eugenie Bouchard peste d’être célibataire
Après l’affaire Griveaux, Agnès Buzyn à la tête d’un “rafiot en perdition”, les soutiens d’Emmanuel Macron dépités