BD : comment Astérix a raté sa grande traversée vers les Etats-Unis

Pierre Godon
·1 min de lecture

Dans l'album La Grande Traversée, Astérix et Obélix, partis pêcher du poisson pour permettre à Panoramix de concocter la potion magique, se retrouvent pris au piège dans une tempête, s'échouent sur une côte inconnue, rencontrent des Amérindiens, font le constat de différences culturelles majeures, et finissent par rentrer chez eux après un crochet par la Scandinavie. Les albums du duo de Gaulois ont, à peu de choses près, pris le même chemin quand il s'est agi de conquérir l'Amérique : un petit tour et puis s'en va. Alors qu'Alain Chabat s'est vu confier une série animée adaptée du Combat des chefs par Netflix, récit d'un rendez-vous manqué entre la série aux 380 millions d'albums vendus et le marché américain.

La première fois que les Américains ont entendu parler d'Astérix, c'est sans doute à la lecture d'un article du New York Times en 1966*quelques jours avant la fameuse une célébrant le "phénomène Astérix" de L'Express en France. Par l'odeur des dollars alléchés, des éditeurs américains contactent l'éditeur des aventures du petit Gaulois, Georges Dargaud. Albert Uderzo, le dessinateur, raconte au New York Times* trente ans après : "Les éditeurs américains les plus intéressés souhaitaient qu'on transpose l'action aux Etats-Unis". Ce qui ne va pas sans poser problème quand la période traitée est l'Antiquité romaine...

Le ciel leur tombe sur la tête

C'est finalement l'éditeur Morrow, spécialisé dans les livres pour enfants, qui emporte le morceau, à l'initiative (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi