Le BCG aurait-il un effet protecteur contre le coronavirus ?

Futura avec l'AFP-Relaxnews
Le BCG aurait-il un effet protecteur contre le coronavirus ?

Le vaccin contre la tuberculose est une piste en cours d'exploration pour lutter contre le SARS-Cov-2. Parce qu'ils sont les personnes les plus à risque de développer la maladie, les personnels soignants vont être les premiers à bénéficier de cette approche. Plusieurs équipes dans le monde s'emploient à vérifier cet effet protecteur.

Le bon vieux BCG (bacille de Calmette et Guérin) pourrait-il préserver les soignants du Covid-19 ? Alors que le développement d'un vaccin dirigé spécifiquement contre le coronavirus prendra encore des mois, plusieurs études vérifient les possibles effets protecteurs du vaccin contre la tuberculose. « On sait depuis des dizaines d'années que le BCG a des effets bénéfiques non spécifiques », c'est-à-dire qu'il protège contre d'autres maladies que celle pour laquelle il a été créé, la tuberculose, explique à l'AFP Camille Locht, directeur de recherche Inserm à l'Institut Pasteur de Lille.

Les enfants vaccinés par le BCG souffrent moins des autres maladies respiratoires, on l'utilise pour traiter certains cancers de la vessie et il pourrait protéger contre l'asthme et des maladies auto-immunes comme le diabète de type 1. L'hypothèse est que le vaccin contre la tuberculose pourrait avoir un effet similaire contre le coronavirus, soit en diminuant le risque d'être infecté, soit en limitant la gravité des symptômes.

Les professionnels de santé sont « la première cible qui doit bénéficier de cette approche », juge Camille Locht, qui finalise le protocole d'un essai clinique pour la France, car ils font partie « des personnes les plus à risque de développer la maladie » et il faut les protéger en priorité. Les chercheurs restent toutefois prudents avant d'affirmer que le BCG a un effet bouclier contre le coronavirus.

Le BCG, vaccin contre la tuberculose obligatoire en France jusqu'en 2007, pourrait avoir un effet similaire contre le coronavirus. © FatCamera, IStock.com

Et le BCG revint sur le devant de la scène 

« C'est précisément la raison d'être de cette recherche », insiste Mihai Netea, professeur de médecine expérimentale au Centre médical de l'université Radboud à Nimègue (Pays-Bas). Ce dernier a annoncé il y a deux semaines le lancement d'un essai clinique avec l'université d'Utrecht, portant sur 1.000 professionnels de santé : 500 recevront le vaccin et 500, un (...)

Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :