La BCE relève ses taux directeurs de 0,5 point, une première depuis 2011

C'est la fin des taux négatifs en Europe. La Banque centrale européenne finit par rejoindre le peloton des autres banques centrales, comme la Fed américaine, et relève ses trois taux directeurs de 0,5 points pour la première fois depuis 2011. D'autres hausses pourraient suivre. L'institution se montre clairement plus agressive que prévu.

Cette hausse d'un demi-point décidée par la BCE est, certes, plus élevée que prévu, mais pas trop. La BCE veut contrer l'inflation, sans mettre en danger la croissance, toujours fragile.

Prise dans un arbitrage complexe entre hausse des prix et craintes pour la croissance, l'institution de Francfort a choisi l'audace : elle relève ses trois taux directeurs de 50 points de base après avoir préparé les esprits à une hausse de 25 points seulement. Le principal taux d'intérêt passe ainsi de zéro, niveau où il campait depuis 2016, à 0,50%, tandis que celui taxant une partie des liquidités bancaires non distribuées en crédit, remonte de -0,50% à zéro.

De futures hausses à prévoir

« Quand les taux d'intérêts sont plus élevés, tous les emprunteurs, que ce soit les ménages, les entreprises ou les États paient plus cher quand ils veulent emprunter, donc l'investissement ou la consommation à crédit est plus cher, analyse Sylvain Bersinger, économiste au sein du cabinet Astérès. Si tous les agents économiques freinent leurs dépenses et leurs investissements, ça freine l'activité économique et les embauches. Cela permet de casser la croissance et en asphyxiant en quelque sorte l'économie, les banques centrales essaient de freiner l'inflation pour la ramener à des niveaux plus acceptables autour de 2% ».

(Avec AFP)


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles