Le Bazar de la Charité (TF1) Gilbert Melki : "Quel régal de jouer ce psychopathe !"

Tout d’abord, me permettez-vous de vous souhaiter un bon anniversaire ? (Il a eu 61 ans le 12 novembre, la veille de l’interview). Ou êtes-vous réfractaire à ce type de célébration ?

Gilbert Melki : Je n’ai rien contre. Bien au contraire ! Merci, c’est très gentil…

À propos de gentillesse, celle-ci n’est pas le trait de caractère principal de Marc-Antoine de Lenverpré, votre personnage. Quelle part d’humanité avez-vous essayé de lui donner, si tant est qu’il en ait une ?

La seule que je peux lui trouver, c’est qu’il est réellement amoureux de sa femme, Adrienne (jouée par Audrey Fleurot, ndlr). Il l’aime d’un amour bizarre, empreint de jalousie. Mais c’est justement cette jalousie qui le rend humain. Cela n’excuse en rien la violence, morale comme physique, qu’il exerce sur elle.

À lire également

Le Bazar de la Charité : L'histoire vraie derrière la série de TF1

Un jour, vous avez déclaré : « On joue ce qu’on est, qui on est et comment on est éduqué. » Qu’avez-vous de commun avec cet odieux personnage ?

J’ai dit cela, moi ? Je devais être bourré. Ou c’était dans une autre vie. Cela dit, si on a connu l’amour, on peut le jouer, y compris pour un tel rôle. En même temps, quel régal ... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi