"Le Bazar de la charité", l'histoire vraie de l'incendie qui a meurtri Paris en 1897

Marwane Touati
L'artiste Achille Beltrame a immortalisé plusieurs scènes de l'incendie du Bazar de la Charité.

TÉLÉVISION - Le 4 mai 1897 aura marqué une bien triste date pour la ville de Paris. Ce jour-là, les femmes de la “haute” se retrouvaient au Bazar de la Charité et faisaient preuve de générosité en achetant des objets et vêtements vendus pour aider les plus pauvres financièrement. C’est alors que le bâtiment accueillant l’événement a accidentellement pris feu et pris des dizaines de personnes au piège. 

Cette histoire a été reprise par les scénaristes Karine Spreuzkouski, Catherine Ramberg ainsi que le réalisateur Alexandre Laurent pour donner naissance à la série événement de l’automne de TF1, “Le Bazar de la Charité”. Le premier épisode est diffusé ce lundi 18 novembre à 21 heures avant que la chaîne Histoire propose en deuxième partie de soirée un documentaire sur l’événement.

Mettant en scène le destin de trois femmes changées pour toujours par la catastrophe, l’intrigue de la série coproduite par Netflix reflète les problèmes de notre époque à travers le sexisme, les tensions sociales et le mépris de classe existants à la fin du 19e siècle.

Un incendie qui aura embrasé toute la France

Tout comme il marque le point de départ de la série, l’incendie du Bazar de la Charité aura déclenché de vives réactions dans la société française et fait couler beaucoup d’encre à son sujet. 

L’institution avait été fondée en 1885 par des membres de la haute société et rassemblait chaque printemps de nombreuses œuvres de charité. C’est donc seulement deux ans après sa création que le Bazar de la Charité, installé sur un terrain vague de la rue Jean-Goujon dans le 8e arrondissement de la capitale, s’est vu ravager par les flammes, emportant dans ses cendres plus de 130 victimes, dont 123 femmes de toutes classes sociales confondues. 

C’est dans un coin du bazar que l’un des faits “catastrophiques” les plus célèbres du 19e siècle a débuté. Un cinématographe, l’ancêtre de nos projecteurs de cinéma, avait été installé pour l’occasion dans une salle de projection accessible contre...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post