Bayou juge Rousseau "mauvaise perdante" après la victoire de Jadot

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

POLITIQUE - Le numéro 1 d’EELV Julien Bayou a jugé ce jeudi 30 septembre que la finaliste malheureuse à la primaire écologisteSandrine Rousseau, qui conditionne son soutien au vainqueur Yannick Jadot, était “un peu mauvaise perdante”.

“Il y a un gagnant, l’ensemble des candidats s’est engagé à le soutenir. Il n’y a pas de négociations, il y a un soutien inconditionnel au candidat et au projet”, a déclaré Julien Bayou, qui accompagnait l’eurodéputé dans son premier déplacement de campagne en Savoie.

L’”éco-féministe” Sandrine Rousseau, tenante de la “radicalité écologique” qui a réuni près de 49% des voix contre 51% pour son concurrent, a mercredi éludé un soutien à Yannick Jadot, et demandé que celui-ci “saisisse le mouvement qu’il y a derrière elle” en lui donnant une place privilégiée dans la campagne.

Sandrine Rousseau ne peut pas s’affranchir du collectif”

Pour Julien Bayou, “l’attitude de Sandrine Rousseau tranche avec son attitude de mardi qui était impériale. Aujourd’hui c’est une négociation triviale de place, ça fait un peu mauvaise perdante”.

“Il y a un attaquant en pointe. Il a le brassard de capitaine. Les autres peuvent jouer défenseurs, etc... ou même rester sur le banc de touche, pourquoi pas, s’ils le préfèrent”, a-t-il ajouté, en filant la métaphore footbalistique. “Mais Sandrine Rousseau ne peut pas s’affranchir du collectif”, a-t-il ajouté.

Selon lui, Yannick Jadot a proposé à Sandrine Rousseau “de présider le conseil politique, qui est la supervision des orientations de la campagne. C’est pas rien, ça compte. Si ça ne lui convient pas qu’elle fasse un contre-projet”.

Il a également été proposé à Sandrine Rousseau de participer à un comité des candidats, qui rassemblera les quatre principaux candidats de la primaire, “afin de s’assurer que les priorités ‘des quatre quarts’ [chaque candidat ayant quasiment récolté un quart des voix au premier tour] soient bien représentées, et au coeur de la campagne”, a ajouté le député Mathieu Orphelin.

Pour Jadot, “la démocratie ça se respecte”

Yannick Jadot a également réagi: “Il y a eu un vote. La démocratie ça se respecte, il n’y a pas de démocratie alternative”.

“Je veux qu’on gagne. Que cette primaire reste une primaire de qualité, de rassemblement”, a-t-il ajouté, précisant avoir discuté avec les trois candidats arrivés dans un mouchoir de poche au premier tour. “Delphine Batho et Eric Piolle ont trouvé le dialogue constructif”, assure-t-il. “On a besoin de tout le monde” mais “la primaire est terminée”, ajoute-t-il.

Pour Eva Sas, porte-parole d’EELV, également présente lors du déplacement, “la balle est désormais dans le camp de Sandrine Rousseau. C’est à elle de préciser ce qu’elle souhaite comme rôle”.

A voir également sur Le HuffPost: À la primaire EELV, l’ambiance très froide entre les camps Jadot et Rousseau

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles