A Bayeux, Macron célèbre le général de Gaulle et la "renaissance" de la France

Le président de la République Emmanuel Macron à Bayeux, dans le Calvados, le 7 juin 2024 (Benoit Tessier)
Le président de la République Emmanuel Macron à Bayeux, dans le Calvados, le 7 juin 2024 (Benoit Tessier)

Emmanuel Macron a célébré vendredi à Bayeux, au dernier jours des commémorations du Débarquement de 1944, le rôle du général de Gaulle et la "renaissance" de la France "universelle et fière" qu'il "incarne".

C'est dans cette ville du Calvados que le chef de la France libre, à peine arrivé d'Angleterre quelques jours après le débarquement allié sur les plages normandes voisines, vint affirmer l'autorité de l'Etat le 14 juin 1944, pour bien signifier aux Américains et aux Britanniques que le pays libéré devrait recouvrer immédiatement sa souveraineté.

"Ici, sur cette place de Bayeux, dans l’après-midi du 14 juin, la voix du général de Gaulle salua la foule et par-delà la France et le monde", a déclaré le chef de l'Etat 80 ans plus tard.

"Cette voix, les Français la connaissaient. Voix de la France. Voix reconnaissable entre mille. Voix que les patriotes avaient appris à tenir pour celle de l’honneur", a-t-il ajouté. "Mais l'homme ils le découvrent": "à Bayeux, en juin 1944, une voix prend visage humain".

"Il incarne la renaissance. Ce jour-là, la France est là. Elle renaît", a lancé le président de la République.

Après avoir rendu hommage mercredi à la résistance bretonne et aux premiers parachutés de la France libre, aux victimes civiles, puis jeudi aux vétérans du Débarquement, Emmanuel Macron termine sa "pérégrination mémorielle" en exaltant la République.

"La France reparaît alors universelle et fière. La France renaît par la force de l'Etat. La France renaît dans l’ordre de la République", a-t-il énoncé. "La France renaît à Bayeux autour de ce qui nous fonde comme Nation: une histoire millénaire, l’indépendance du pays, la souveraineté du peuple, l’autorité de l'Etat."

A deux jours des élections européennes de dimanche, pour lesquelles l'extrême droite fait figure de grande favorite malgré l'implication personnelle du président, il a exhorté les Français à n'"oublier jamais" qu'ils sont "toutes et tous les citoyens d'une nation, d'une République plus grande que nous, parce qu'elle est le fruit d'une volonté, chaque jour, chaque jour réinventée".

"Alors quand les temps sont difficiles et quand la peur ou la résignation menacent de vaincre, toujours, toujours, voilà la France, notre devoir et notre chance", a-t-il conclu.

fff/sde/ktr