Comme une bavure de l'aviation américaine près d'Alep : 50 morts

Libération.fr
Des casques blancs dans les décombre de la mosquée après le raid aérien sur Al-Jineh, province d'Alep, le 17 mars.

Confirmant avoir effectué une frappe dans le nord de la Syrie, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient a nié avoir « délibérément visé » une mosquée, faisant plus de 50 morts dans un village à 30 kilomètres à l'ouest d'Alep.

Les habitants de la région ont été les premiers à signaler jeudi soir que la frappe était le fait de l’aviation de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Habitués aux raids aériens quotidiens de l’armée syrienne et de son allié russe, ils ont appris à distinguer les différents attaquants dans leur ciel encombré. Les inscriptions sur les débris des missiles récupérés sur le site après le bombardement confirment qu’ils provenaient de l’armée américaine.

La forte présence des forces de Fateh al-Cham, ancien Front Al-Nosra l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda, dans cette région d’Idlib au nord-ouest de la Syrie, est la justification avancée pour son ciblage par les raids aériens de toutes parts. Le commandement américain avait annoncé dans un communiqué préalable jeudi que «une frappe aérienne sur un rassemblement d’Al-Qaïda en Syrie, dans la province d’Idlib, tuant plusieurs terroristes». Plus tard dans la journée, le porte-parole a cependant reconnu que la localisation précise de cette frappe n’était pas claire, mais qu’il s’agissait bien du même raid rapporté sur le village d’al-Jineh, à 30 km à l’ouest d’Alep.

« Pour viser quelques hommes de Fateh al-Cham, ils tuent des dizaines de civils », notait dans un message instantané un jeune secouriste accouru près de site du bombardement. Des images filmées par un correspondant de l’AFP montrent des habitants et des Casques blancs fouillant les décombres à l’aide de torches et de pelles. On y voit une partie de la mosquée entièrement détruite et des voitures à proximité carbonisées.

C’est à la sortie de la dernière prière de la journée que la frappe s’est produite à la sortie de la mosquée. Les principales victimes sont des fidèles et des habitants dans le voisinage de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Espagne: l’ETA a l’intention de se désarmer d’ici au 8 avril
ETA rend les armes et s'approche de l'auto-dissolution
Washington reconnaît une frappe en Syrie, mais pas contre une mosquée
Ecoutes: Londres et Washington essaient de dégonfler l’incident diplomatique
Corée du Nord : les Etats-Unis veulent-ils vraiment intervenir ?

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages