"Se battre pour elle": un an après, la difficile reconstruction du mari d'une victime de l'attaque à la basilique de Nice

·2 min de lecture
Joffrey Devillers, mari de Nadine Devillers, tuée dans l'attaque de la basilique de Nice, survenue le 29 octobre 2020 - BFMTV
Joffrey Devillers, mari de Nadine Devillers, tuée dans l'attaque de la basilique de Nice, survenue le 29 octobre 2020 - BFMTV

876450610001_6279303279001

Un an après l'attaque meurtrière dans l'enceinte de la basilique Notre-Dame de Nice, la douleur est encore vive pour les proches des victimes. Ce jour-là, dans la matinée du 29 octobre 2020, Brahim A., un jeune Tunisien radicalisé de 21 ans pénètre dans l'édifice religieux. L'homme est armé d'un couteau. Trois personnes sont tuées: Nadine Devillers, 60 ans, Simone Barreto, 44 ans, et Vincent Loquès, le sacristain de l'église âgé de 54 ans.

Joffrey Devillers, 52 ans, était l'époux de Nadine Devillers. Il a attendu une année pour prendre la parole publiquement. Il évoque au micro de BFMTV "la forte conviction chrétienne" de sa défunte épouse, qui se rendait "toutes les semaines" dans la basilique niçoise prise pour cible.

Autobiographie posthume

Les trois victimes avaient succombé à leurs blessures, grièvement atteintes à la gorge. Toutes n'avaient pas pu être immédiatement identifiées. Joffrey Devillers se souvient:

"On est déjà effondrés parce qu'on devine, quand on n'arrive pas à contacter une personne dans ces moments-là... On a été obligés d'attendre malheureusement, le résultat ADN pour avoir la confirmation officielle. C'est vraiment un moment très pénible", confie-t-il.

Pour se reconstruire, l'homme a décidé de publier l'autobiographie que sa femme avait rédigé. Elle raconte une vie difficile, violente, qui s'est brutalement achevée. Un ouvrage thérapeutique pour Joffrey Devillers.

"Soit on se dit sa vie est foutue, on saute par la fenêtre, soit... Elle a toujours dit vouloir se battre, donc c'est lui faire honneur de se battre pour elle", estime le quinquagénaire.

"Il ne mérite pas notre haine"

Concernant l'assaillant, Joffrey Devillers explique ne pas attendre "grand-chose". "Vu sa défense, soi-disant il a perdu la mémoire... Il ne mérite pas notre haine, ça serait du temps perdu", balaye-t-il. L'individu est toujours en vie, mis en examen pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste et détenu.

Ce vendredi, un an jour pour jour après les faits, un hommage sera rendu aux victimes. Le glas de toutes les églises niçoises sonnera à 8h45 et un moment de recueillement sera observé dans les services et administrations. À 17 heures, une oeuvre sera dévoilée sur le parvis de la basilique et des commémorations prendront place à 17h30, avant une messe à 19 heures.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles