Une battle de rap entre le bitcoin et la banque américaine (feat. Bruno Le Maire)

latribune.fr
 

Pour inaugurer une nouvelle rubrique - sobrement intitulée « Pouvoirs », au pluriel -, à une époque où les raz-de-marées technologiques d'aujourd'hui terrassent régulièrement les certitudes d'hier, rien de mieux qu'un clip de rap 'made in Silicon Valley' publiée cette semaine sur YouTube. Produit par Reid Hoffman, le co-fondateur du réseau Linkedin, l'oeuvre musicale et humoristique met en scène une confrontation improbable entre deux visionnaires de l'économie.

D'un côté, en costume d'époque et punchlines de rappeur, Alexandre Hamilton, le père de la première banque des États-Unis, fraîchement indépendants du joug britannique et figure du fédéralisme à l'américaine. De l'autre, Satoshi Nakamoto, l'architecte (anonyme) de la crypto-monnaie bitcoin qui publia le livre blanc de cette nouvelle technologie d'échange basée sur la blockchain en 2009, un an après la crise financière. Leurs "beats" s'enchainent sur fond d' : « argent centralisé des banques VS argent géré par l'individu libéré ».

Du beat-coin

En 5 jours, le clip flirtait avec les 600.000 vues devenant déjà un hit sur les terres du Seigneur Google.

Or, la même semaine, en France, nous produisions un autre moment youtubesque. Mardi 10 septembre, devant la commission du Sénat chargée d'enquêter sur la souveraineté numérique de la France, Bruno le Maire remontait, tel un gladiateur, dans l'arène des GAFA. Notre ministre de l'Économie, en live sur Public Sénat et en replay sur Twitter, défend corps et âme la souveraineté des États et leur protection monétaire, mettant ainsi en garde le géant Facebook et ses crypto-fantassins de la Libra-rmée.

Lire aussi : Bruno Le Maire favorable à une monnaie numérique publique

Face à la nouvelle crypto-parabole de Mark Zuckerberg, l'ancien professeur de Lettres modernes prévient, au nom des Français : « Nous ne pouvons pas accepter qu'une

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr