Bateau de croisière : la filière reste à quai

Les bateaux de croisière auront été l'un des symboles du début de l'épidémie de coronavirus. Presque chaque semaine, un navire se retrouvait confiné en mer, rejeté de ses ports par peur d'y amener de le Covid-19, de la mer de Chine au golfe du Mexique, ou même en face de Marseille (Bouches-du-Rhône). Trois mois après ces douloureuses images pour le secteur, les bateaux sont toujours à l'arrêt. Entre psychose et fermeture des frontières. La filière attend le feu vert des autorités Pour amorcer une reprise, la filière sera obligée de mettre à jour ses conditions sanitaires. Pour le moment, elle attend toujours le feu vert des autorités. "La croisière doit revenir à une activité normale. Il en va des emplois, il en va de la construction navale", explique Erminio Eschena, représentant des croisiéristes. Rien qu'au port de Marseille, 13 navires stationnent, avec à leur bord une centaine de personnes en moyenne.