Bataille de tweets entre Dublin et Londres sur fond de Brexit

·1 min de lecture

Le gouvernement britannique doit détailler ce mardi 12 octobre ses demandes pour remodeler le protocole nord-irlandais, cette clause du Brexit qui permet de ne pas réinstaurer de frontière sur l’île d’Irlande. Le ministre en charge du Brexit, David Frost, a dévoilé samedi des extraits de son discours. La réaction irlandaise est plus que glaciale.

Avec notre correspondante à Dublin, Émeline Vin

Le gouvernement britannique veut-il encore d’une relation avec l’Union européenne ? Sur Twitter, le ministre irlandais des Affaires étrangères pose la question, rhétorique. Raison de la colère de Simon Coveney : la « ligne rouge » posée par le gouvernement britannique. Il veut retirer à la Cour européenne de justice sa mission de surveillance du respect du protocole nord-irlandais. Cette mission fait partie des piliers du protocole et « [Londres] sait que nous ne pouvons pas plier sur ce point ».

Réponse de David Frost, ministre britannique du Brexit, sur le même canal : « Je préfère ne pas négocier sur Twitter, mais puisque Simon Coveney a commencé... », l’accusant de ne pas écouter les demandes britanniques.

Un cycle de négociations doit s’ouvrir cette semaine pour apaiser les tensions entre Londres et les 27 au sujet de ce protocole. Pour l’Irlande, la réussite de ces négociations est vitale. En cas d’échec, le Royaume-Uni menace de se retirer du texte, ce qui aboutirait au retour d’une frontière entre les deux Irlande, au risque de mettre en péril le commerce et, surtout, la paix atteinte il y a seulement 23 ans.

À lire aussi : Irlande du Nord: Londres veut renégocier les mesures post-Brexit

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles