Bataille de brevets autour du yoga

L’Inde n’est pas disposée à renoncer à sa paternité sur le yoga, pas plus que la ville de Rishikesh [dans le nord de l’Inde] n’envisage de céder son statut de capitale mondiale de cette pratique au profit de Los Angeles. Pour contrer l’offensive lancée par des gourous américains cherchant à s’approprier les techniques ancestrales du yoga, l’Inde va ainsi recenser et cataloguer plus de 1 500 postures.

Rishikesh, qui s’étend sur les rives du Gange, non loin des sources du fleuve, compte près de 150 ashrams (centres de retraite spirituelle). La ville s’est fait connaître dans les années 1960, lorsque les Beatles, en quête d’inspiration, y séjournèrent un bon mois. Quarante ans plus tard, Rishikesh revendique la pureté originelle du yoga, mais ses nombreuses librairies montrent que la réalité est bien plus hybride, avec une offre new age et des manuels d’épanouissement personnel qui ne détonneraient pas à São Paulo, San Francisco ou Barcelone : Paulo Coelho y voisine avec le guide spirituel Sri Sri Ravi Shankar, l’auteur américain Carlos Castaneda avec le gourou indien Osho, Herman Hesse avec Aurobindo ou Krishnamurti.

De fait, le yoga est aujourd’hui bien plus populaire en Occident que sur ses terres natales : de nombreux titres proviennent ainsi des Etats-Unis, où le yoga est devenu une affaire juteuse rapportant 3 milliards de dollars par an. Le pays de l’oncle Sam est à l’origine de toutes les craintes indiennes, d’autant plus depuis qu’on a appris que des centaines de brevets avaient été enregistrés aux Etats-Unis autour du yoga – 150 titres de propriété intellectuelle et 134 sur des accessoires. Parmi ces brevets, on trouve des techniques soi-disant nouvelles, comme celle mise au point par Bikram Chaudry, le gourou des stars, qui se distingue par la température ambiante à laquelle il fait pratiquer le yoga, 45 °C. L’alerte n’a pas tardé à être donnée en Inde, où l’on craint que cet immense patrimoine immatériel ne soit confisqué par des petits malins mi-yogis, mi-businessmen, originaires d’Inde ou d’ailleurs.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles