Bastien Chalureau : Huit mois de prison requis contre le rugbyman pour une agression raciste

Le célèbre sportif a été jugé mardi en appel pour une agression raciste contre deux hommes. Celle-ci a eu lieu en décembre 2020 à Toulouse. La décision de la cour d'appel sera rendue le 16 janvier.

Quelques jours avant le début de la Coupe du monde de rugby, une polémique avait refait surface et elle concernait Bastien Chalureau qui avait remplacé Paul Willemse au pied levé. En 2020, le joueur de Montpellier avait été reconnu coupable d'une agression à caractère raciste.

Jugé mardi en appel, l'avocat général a requis une peine de huit mois de prison avec sursis pour cette agression raciste contre deux hommes. En première instance, il avait été condamné à six mois de prison avec sursis. La décision de la cour d'appel sera rendue le 16 janvier.

Le rugbyman de 31 ans a toujours nié avoir déclaré : "Ça va les bougnoules ?", contrairement à ce qu'affirment les personnes qui ont porté plainte contre lui. Lors de cette fin de soirée qui remonte à décembre 2020 à Toulouse, les protagonistes en sont venus aux mains. "Bastien Chalureau ne conteste pas le préjudice physique, l'existence de cette bagarre. En revanche, il y a une contestation du mobile raciste des faits qui lui sont reprochés", a précisé son avocat David Mendel avant l'audience.

Antoine Dupont avait réagi à l'affaire

De son côté l'avocat des plaignants, Me Sabounji, a déclaré : "Dans le parking, mes clients ont entendu des injures à caractère raciste et ensuite ils ont été agressés. Ce n'est pas une bagarre. C'est une agression gratuite. Tout a commencé avec un coup porté par derrière à un de mes clients."

Lors de la Coupe du monde de rugby,...

Lire la suite


À lire aussi

Bastien Chalureau (XV de France) : "Je ne suis pas un raciste", submergé par l'émotion il craque en conférence de presse
Brigitte Macron : Son petit-neveu agressé, 12 et 15 mois de prison ferme pour deux prévenus, un 3e relaxé
"C'est l'heure de la bascule..." : Matthieu Lartot donne de ses nouvelles, après deux mois de traitement contre son cancer