«Non aux bassines» : tension sur les usages de l’eau, policiers et écologistes s’affrontent dans les Deux-Sèvres

© AFP/Patrick Hertzog

En France, 60 gendarmes ont été blessés dont 22 sérieusement, samedi 29 octobre à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres, lors de heurts entre forces de l’ordre et militants écologistes et anticapitalistes. Ces derniers manifestent contre un projet de réserve d’eau et accusent les agriculteurs de privatiser l’eau, alors que la France fait toujours face à la sécheresse.

Main dans la main et les pieds dans une terre asséchée, les militants écologistes se dirigent vers le chantier de la bassine agricole, ces retenues d'eau à ciel ouvert remplies grâce au pompage des nappes phréatiques superficielles l'hiver. Elles peuvent stocker jusqu'à 650.000 m3 (soit 260 piscines olympiques) d'eau et permettre aux agriculteurs d'irriguer l'été.

Marie-Jeanne a beau avoir la soixantaine, elle n'a pas hésité à faire face aux gendarmes, comme elle l'explique au micro de Baptiste Coulon, envoyé spécial du service France de RFI. « à un policier qui voulait m'empêcher de traverser la route quand j'étais en face de lui - il m'a dit, dégagez Madame, reculez -, je lui ai dit que je le condamnais, avec un grand sourire, à mourir de soif, parce qu'ils sont autant victimes que nous de ces problématiques de l'eau ! Ce n’est pas normal que la police mette autant de moyens pour dissuader des gens qui veulent témoigner ! ».

L'agriculture intensive dénoncée

(Et avec AFP)


Lire la suite sur RFI