Dans le bassin d’Arcachon, un requin sauvé par un ostréiculteur

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

INSOLITE - Cet homme n’avait sans doute pas anticipé ce qui l’attendait. « Une belle expérience », voilà ce que retient un ostréiculteur de Gujan-Mestras après s’être retrouvé face à un requin bleu de plus de deux mètres, piégé dans les basses eaux du Bassin d’Arcachon. Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête de cet article, l’homme a aidé le requin à regagner l’océan.

« Je me rendais vers mon parc à huîtres quand j’ai entendu de grosses éclaboussures et là j’ai vu l’aileron », a raconté ce mercredi 28 décembre Cyril Foucaud, qui a posté une vidéo de cette rencontre inattendue sur son compte Facebook.

Vous ne pouvez pas visionner ce contenu car :

  • Vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers en vous abonnant. Vous ne pourrez donc pas lire nos vidéos qui ont besoin de cookies tiers pour fonctionner.

  • Vous utilisez un bloqueur de publicité. Nous vous conseillons de le désactiver afin d’accéder à nos vidéos.

Si vous n'êtes dans aucun de ces deux cas, contactez-nous à aide@huffingtonpost.fr.

Le requin, d’une taille d’« entre deux mètres et deux mètres quarante » selon ses estimations, se débattait dans « 15 cm d’eau », par marée descendante, sur la côte de la touristique presqu’île du Cap Ferret au niveau du village de L’Herbe.

L’« instinct » de sauver cette « belle bête » qui n’est pas considérée comme dangereuse, s’est imposé, a confié l’ostréiculteur de 37 ans à l’AFP. « Il ne faut pas trop réfléchir dans ces cas-là sinon on ne fait rien ».

Pour le sauver, il fallait l’affronter

« Je l’ai attrapé par la queue, il a essayé de mordre mais il était fatigué et il a dû comprendre qu’on ne lui voulait pas de mal. Il s’est calmé. Heureusement, sinon ça aurait été un autre combat ! », a expliqué Cyril Foucaud, qui dit l’avoir caressé.

Un collègue ostréiculteur équipé de bottes hautes s’est ensuite chargé de le traîner vers des eaux un peu plus profondes, comme en témoigne la vidéo postée par Cyril Foucaud et reprise par le journal Sud-Ouest.

« On sait qu’il y a des peaux bleues (autre nom de cette espèce) pas loin mais de cette taille et si loin à l’intérieur du bassin, dans les parcs à huîtres, c’est du jamais-vu. On voit plutôt des spécimens d’environ un mètre près des passes (couloirs marins d’entrée et de sortie du Bassin côté océan Atlantique) », a-t-il assuré.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi