La basketteuse américaine Brittney Griner condamnée en Russie à 9 ans de prison

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Depuis son arrestation dans un aéroport de Moscou, quelques jours avant l’offensive russe en Ukraine, la double championne olympique est plongée dans la crise géopolitique qui oppose la Russie aux États-Unis.

INTERNATIONAL - Détenue depuis février en Russie, la star américaine du basket féminin Brittney Griner a été condamnée, ce jeudi 4 août, à 9 ans de prison dans une colonie pénitentiaire et à un million de roubles d’amende (environ 16 000 euros) par un tribunal russe pour trafic de drogue, après son arrestation avec une vapoteuse contenant du liquide de cannabis. Cette lourde peine a été qualifiée d’« inacceptable » par le président américain Joe Biden, qui ouvre la voie à un possible échange de prisonniers entre Moscou et Washington.

« Le tribunal a reconnu la prévenue coupable » de possession illégale et de trafic d’une « quantité importante » de drogue, a déclaré la juge Anna Sotnikova, selon une journaliste de l’AFP présente au tribunal de Khimki, près de Moscou. La joueuse âgée de 31 ans nie toute contrebande. Dénonçant un « verdict est absolument insensé », les avocats de la joueuse ont annoncé dans un communiqué leur intention de faire « sans aucun doute appel » de la condamnation. La joueuse a écouté l’énoncé de la juge le visage baissé, enfermée dans la cage dévolue aux accusés dans la salle d’audience.

Une offre « conséquente » de Washington pour sa libération

Après l’énoncé du verdict, le président américain Joe Biden a jugé « inacceptable » la condamnation de la sportive. « Je demande à la Russie de la libérer immédiatement afin qu’elle puisse retrouver sa femme, ses proches et ses coéquipières », a-t-il exhorté dans un communiqué. Le dirigeant américain s’est engagé à travailler « sans relâche » et à « explorer toutes les voies possibles » afin d’œuvrer à sa libération.

Arrêtée en février à Moscou, peu avant l’offensive russe en Ukraine, la double championne olympique a été happée dans la crise géopolitique entre la Russie et les États-Unis. Son procès s’est accéléré ces derniers jours, alors que les deux pays négocient un échange de prisonniers dont la joueuse pourrait faire partie, Washington affirmant avoir récemment fait une offre « conséquente » à Moscou. Selon plusieurs médias américains, il s’agirait d’échanger un célèbre trafiquant d’armes russe détenu aux États-Unis, Viktor Bout, contre Brittney Griner et Paul Whelan, un Américain détenu en Russie.

« J’ai commis une erreur de bonne foi et j’espère que le jugement ne mettra pas fin à ma vie ici », avait plaidé Brittney Griner lors de sa dernière prise de parole avant l’énoncé de la décision de la cour. Depuis le début du procès, la jeune femme, considérée comme l’une des meilleures basketteuses au monde, est apparue concentrée, répondant aux questions de la cour avec calme et précision. Jeudi, avant le début de l’audience, elle avait brandi devant les journalistes une photo d’elle entourée de ses coéquipières de basket en Russie.

« Je n’ai jamais voulu faire de mal à qui que ce soit »

La joueuse des Phoenix Mercury était venue en Russie pour jouer pendant l’intersaison américaine, une pratique courante pour les basketteuses de WNBA qui gagnent souvent mieux leur vie à l’étranger qu’aux États-Unis. Elle avait été arrêtée à l’aéroport avec du liquide de vapoteuse à base de cannabis. Elle a reconnu avoir été en possession de cette substance, affirmant toutefois l’avoir apportée en Russie par erreur.

Elle a surtout réfuté tout trafic, soulignant que cette faible quantité de substance n’était que pour sa consommation personnelle, à des fins analgésiques, car elle souffre de douleurs chroniques. « Je n’ai jamais voulu faire de mal à qui que ce soit, je n’ai jamais eu l’intention de mettre la population russe en danger, ni de violer la loi ici », a déclaré Brittney Griner ce jeudi. Le procureur a, lui, assuré qu’elle avait sciemment essayé de « cacher » aux douaniers à l’aéroport le liquide à base de cannabis.

Lire aussi

Megan Rapinoe rend hommage à Brittney Griner depuis la Maison Blanche

Les basketteurs qui jouent en Russie ne seront plus appelés en Équipe de France

VIDÉO - Russie : le procès sous tension de la basketteuse américaine Brittney Griner s'est ouvert hier à Moscou

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles