Un basketteur français puni en Chine pour irrespect au drapeau

AFP
L'attaquant des Celtics de Boston Guerschon Yabusele tire le ballon pendant la deuxième moitié d'un match de basket de la NBA contre les Knicks de New York, samedi 20 octobre 2018, au Madison Square Garden à New York. Les Celtics ont gagné 103-101. (AP Photo/Mary Altaffer)

SPORT - Comme aux États-Unis, les rencontres sportives sont en général précédées de la diffusion de l’hymne national en Chine. Les joueurs sont censés fixer l’étendard rouge aux cinq étoiles en signe de respect.

Mais l’ancien joueur des Boston Celtics (NBA), Guerschon Yabusele - qui a également évolué à Roanne et Rouen en Pro A - a été filmé ce vendredi 6 décembre en train de baisser la tête devant le drapeau avant un match de son équipe de Nankin Monkey Kings.

Un acte très grave pour les internautes chinois

La fédération chinoise de basket (CBA) a publié dès le lendemain un communiqué, adressant en plus d’une amende de 10.000 yuans (1.290 euros), un “sérieux avertissement” au joueur français pour n’avoir “pas effectué la salutation du regard” réglementaire.

Sur le réseau social chinois Weibo, équivalent de Twitter, les internautes étaient partagés sur la sanction: “Il est bien content de prendre de l’argent de la Chine, mais ne la respecte pas”, s’indignait un utilisateur.“Ce joueur doit être expulsé immédiatement, et son club être disqualifié du championnat!”, estimait un autre.

Beaucoup d’internautes s’étonnaient cependant du traitement très sévère réservé à Guerschon Yabusele. “C’est n’importe quoi. Déjà, il n’est pas Chinois. Et en plus, il s’est bien levé et n’a fait aucun geste insultant. Il baisse la tête et alors? Dans quelle époque vit la CBA? Elle a 50 ans de retard...”

Ni le Nankin Monkey Kings ni le joueur français n’ont fait de déclaration publique sur cet incident, qui n’est pas une première en Chine vis-à-vis d’un sportif étranger.

En 2018, la fédération chinoise de football avait infligé une suspension d’un match à l’ex-international brésilien Diego Tardelli, qui...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post