Basket: "Je veux faire partie de l'équipe de France", affirme Killian Hayes

Un Français sera au centre de l'attention lors du match du Championnat NBA entre Détroit et Chicago qui aura lieu à Paris jeudi (21h00): Killian Hayes, jeune meneur des Pistons de 21 ans qui s'épanouit cette saison et veut "faire partie de l'équipe de France" lors de la Coupe du monde 2023 cet été, affirme-t-il dans un entretien à l'AFP.

QUESTION: Cette saison, vous êtes en nette progression sur le plan statistique (dix points par match, contre 6,9 la saison dernière) et dans le jeu. Qu'est-ce qui a changé ?

RÉPONSE: "Mon rôle a changé, j'ai commencé en sortant du banc et --malheureusement-- avec la blessure de Cade Cunningham, j'ai commencé à être titulaire. C'était ma chance de revenir dans le cinq de départ, et puis mes +shoots+ (tirs) ont commencé à rentrer. J'ai pris les mêmes +shoots+, je suis resté confiant après mon début de saison compliqué, où ils ne rentraient pas."

Q: Il s'agit de votre troisième saison en NBA. Celle de la maturité ?

R: "Quand j'étais +rookie+ (première saison), et même l'année dernière, quand je faisais un mauvais match, j'étais vraiment énervé. Je me disais +pourquoi ça marche pas ?+. Depuis la fin de la saison dernière, je sais qu'il y a des matches où c'est juste comme ça, ça ne rentre pas, mais il faut les limiter, et pas trop me casser la tête. Je me dis au prochain match: +j'envoie, ça va rentrer+."

Q: Qu'est-ce que ce match de la NBA à Paris représente pour vous ?

R: "C'est vraiment une chance de pouvoir revenir à la maison, de jouer devant ma famille et mes amis, qui n'ont pas pu me voir jouer depuis un bon moment déjà. Il y a trente équipes (de NBA) qui auraient pu être choisies, et puis ils ont choisi la nôtre et les Bulls de Chicago, du coup il faut tirer profit de cette opportunité. Ça va être très lourd ! Si je peux faire un grand match et avoir la victoire, ce serait idéal. Mais mon but, c'est de gagner. Ça reste un match de saison régulière, et il faut oublier toutes les distractions, juste me concentrer sur ce match-là."

Q: Du 25 août au 10 septembre aura lieu la Coupe du monde 2023 en Indonésie, au Japon et aux Philippines. Au vu de votre forme actuelle, vous postulez clairement à une place dans le cinq majeur en tant que titulaire...

R: "Oui, c'est ce dont j'ai fait part. Je veux faire partie de l'équipe de France. Il faut que je gagne ma place, je n'ai pas encore fait partie du groupe, il y a encore beaucoup de choses que j'ai à apprendre. Je suis prêt, c'est quelque chose que je veux faire cet été. En plus, il y a les Jeux olympiques l'année prochaine, ce serait une bonne étape de commencer à la Coupe du monde."

Q: Les Jeux olympiques à Paris font donc partie de vos objectifs ?

R: "Pouvoir représenter la France dans un événement pareil, surtout pouvoir ramener une médaille, c'est un rêve pour moi. Gagner une médaille aux JO, ce n'est pas quelque chose qu'on peut faire beaucoup de fois. On va commencer par la Coupe du monde, c'est ça sur quoi je suis focalisé, mais je suis très excité pour l'année prochaine aussi, les JO à Paris."

Q: Un autre jeune français prometteur va jouer en NBA la saison prochaine: Victor Wembanyama (19 ans, 2,21 m), peut-être aux Pistons ?

R: "Qu'il vienne aux Pistons, ce n'est pas trop ma décision. Le nombre de matches, passer d'un match par semaine (dans le championnat de France, ndlr) à trois-quatre (en NBA, ndlr), c'est un défi surtout avec son gabarit. Je pense que c'est un joueur exceptionnel. Un +seven-footer+ (joueur de 2,13 m ou plus) qui peut +shooter+, jouer comme un arrière, il a des longs segments, il peut contrer. Ce n'est pas que de la +hype+ (du battage médiatique, ndlr), je pense vraiment qu'il va être un très bon joueur en NBA."

Propos recueillis par Rémi BOUVERESSE

rbo/jr/jde