Basket : «Sur le parquet, coup de chaud, en coulisses, sueurs froides»

© PHILIPPE DESMAZES / AFP

À l’image de l’Astroballe, la salle de Villeurbanne, véritable fournaise mercredi soir pour le premier match de cette finale. Vous prenez une température qui dépasse les 35 degrés dans la région lyonnaise, vous ajoutez une salle à guichets fermés, plus la suprématie du basket national en jeu et vous obtenez l’atmosphère irrespirable des grands soirs.

Les Villeurbannais cherchent un troisième titre consécutif

L’ASVEL Lyon-Villeurbanne et Monaco sont les deux cadors du championnat, ceux qu’on attendait avec leurs gros budgets et leurs gros muscles. Ils sont bien là au rendez-vous dans ce qui est maintenant le Classique de la Betclic Elite. Les Villeurbannais cherchent un troisième titre consécutif et les Monégasques contestent cette domination. Ils l’ont prouvé mercredi soir en étouffant l’ASVEL d’entrée, avant une remontée insuffisante des locaux.

>> Retrouvez l'édito sport tous les matins à 7h19 sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

On a retrouvé cette ambiance, la même qu’il y a trois ans pour la même finale, avant que la crise sanitaire ne vide les salles. Cette confrontation donne une belle image du basket français. Le problème, c’est que tout n’est pas aussi rose en coulisses, sinon ça ne serait pas drôle. Il y a de grosses tensions entre les clubs et la Ligue de basket. Cette Ligue voulait faire passer la première division de 18 à 16 équipes dès la saison prochaine. Les clubs étaient d’accord mais le Covid-19 a modéré leurs ardeurs. Ils ont voté pour ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles