Basket: Monaco corrige l'Olympiakos au Pirée et égalise en quarts d'Euroligue

·3 min de lecture

Après un début de rencontre raté, les basketteurs de Monaco se sont rebellés pour renverser l'Olympiakos, s'imposer largement 96 à 72 au Pirée vendredi soir dans le Stade de la Paix et de l'Amitié, et égaliser à une victoire partout en quarts de l'Euroligue.

Grâce à ce succès, la Roca Team monégasque récupère l'avantage du terrain, puisqu'elle recevra les deux prochains matches dans sa salle Gaston-Médecin dans cinq et dans sept jours, et aura la possibilité de conclure la série, qui se joue au meilleur des cinq matches pour se hisser au Final 4 à Belgrade (19-21 mai).

"Mentalement, on était bien plus prêt pour ce match et c'est complètement différent du premier. On savait ce que l'on voulait, on a bien mieux défendu", s'est réjoui l'entraîneur de Monaco, Sasa Obradovic.

Vendredi, dans un stade du Pirée une nouvelle fois bien garni (il peut accueillir jusqu'à 14.000 spectateurs), les Monégasques ont connu cinq minutes de folie dans le deuxième quart-temps, et ont infligé un 20-0 qui leur a permis de prendre les commandes (de 21-15 pour l'Olympiakos à 35-21 pour Monaco).

Des paniers primés de Danilo Andjusic et Yakuba Ouattara, titularisé dans le cinq de départ, un dunk de Donta Hall réceptionné très près de Giannoulis Larentzakis, une passe de Paris Lee transformée en panier à trois points: en l'espace de quelques actions, Monaco a complètement retourné la physionomie du match.

- Mike James se libère -

Ce grain de folie leur avait fait défaut il y a deux jours pour le premier match de la série, au cours duquel les joueurs de la Principauté avaient pris une leçon d'apprentissage du très haut niveau (71-54).

Vendredi, Monaco a regagné les vestiaires avec douze points d'avance (40-28) et a enfin vu le réveil de sa star Mike James dans le troisième quart-temps pour s'échapper au score.

Auteur de seulement deux points sur lancers francs dans les vingt premières minutes, James a bouclé la rencontre avec 23 points au final, monstrueux pendant une quinzaine de minutes et logiquement désigné homme du match, lui qui avait été en difficulté lors de la première manche.

"Dans le premier match, j'ai été passif, je n'ai pas attaqué autant que je le voulais. Pour ce match, je voulais être sûr d'être assez agressif", a commenté l'Américain de 31 ans. "Ca va être une longue série, c'est une bonne équipe, on va continuer de se battre", a-t-il ajouté.

Monaco inflige une correction à l'Olympiakos dans sa citadelle quasiment imprenable (une seule défaite en saison régulière dans sa salle), au niveau de la victoire conquise face à l'équipe du Pirée lors de la saison régulière d'Euroligue il y a un peu plus de quatre semaines en Principauté (92-72).

Monaco, novice en C1, peut ainsi continuer à rêver d'un Final 4 d'Euroligue, stade de la compétition reine du basket européen qu'aucun club du Championnat de France n'a atteint depuis Villeurbanne en 1997.

tba/hpa

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles