Basket - Jeep Élite - Asvel - Mitrovic s'en remet à la médiation de l'Euroligue dans son litige avec l'Asvel

L'Equipe.fr

Le litige opposant l'Asvel à son ancien coach Zvezdan Mitrovic, licencié le 21 mai pour faute grave par le club villeurbannais, va être proposé à la médiation de l'Euroligue. Licencié le 21 mai pour faute grave par le club villeurbannais, Zvezdan Mitrovic a fait savoir, vendredi, par la voix de son conseil, Me Xavier Lecerf-Galle, qu'il sollicitait l'intervention de l'Euroligue comme médiateur. L'avocat de Zvezdan Mitrovic fixe un ultimatum à l'Asvel pour abandonner la procédure de licenciement
Les négociations entre l'Asvel et Mitrovic n'ayant débouché sur aucun accord, l'ex-technicien du club de Tony Parker s'en remet à la médiation de l'Euroligue, une nouvelle étape dans ce conflit. Reste à voir quelles sont exactement les prérogatives juridiques de l'Euroligue en la matière, et si elle en dispose, comment peut-elle les faire appliquer dans une procédure qui a déjà un cadre juridique en France. Entre l'Asvel et Zvezdan Mitrovic, le point de non-retour est atteint En substance, le Monténégrin exige que le club lui règle « son salaire de mai » et lui permette de se mettre en règle administrativement en lui transmettant « les documents lui permettant d'être pris en charge par l'assurance chômage ». Il réclame que lui soient versées les indemnités dues quant au caractère qu'il juge « injustifié » et « injustifiable » de son licenciement. Le communiqué de l'avocat de Zvezdan Mitrovic « Aucun accord amiable n'ayant été trouvé avec l'Asvel, l'Euroligue sera saisie ce week-end d'une demande de médiation. Il s'agit d'une procédure obligatoire, préalable à toute judiciarisation du contentieux, prévue par les statuts de l'Euroligue.

Il est demandé à l'Asvel de :1°) régulariser au plus tôt la situation administrative de Zvezdan Mitrovic qui n'a pas perçu son salaire de mai, ni reçu les documents lui permettant d'être pris en charge par l'assurance chômage.

2°) verser à Zvezdan Mitrovic les indemnités dues en raison de la procédure de licenciement injustifiée, injustifiable et particulièrement brutale qu'il a subie, fondée sur des faits (« fautes techniques pour écarts comportementaux récurrents en match portant atteinte aux intérêts et à l'image du club ») qui sont insusceptibles de constituer un motif légitime de licenciement, et qui sont surtout tous frappés par la prescription en application du droit du travail.

La médiation devant l'Euroligue sera la dernière chance de régler amiablement cette situation inacceptable. »