Bases militaires attaquées en RDC, deux casques bleus tués

Un groupe d'hommes armés a attaqué lundi deux bases militaires du nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), tuant deux casques bleus des Nations unies et blessant plusieurs autres personnes, ont fait savoir la mission de l'Onu, la Monusco, et l'armée congolaise. /Photo d'archives/REUTERS/Afolabi Sotunde (Reuters)

GOMA, RDC (Reuters) - Un groupe d'hommes armés a attaqué lundi deux bases militaires du nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), tuant deux casques bleus des Nations unies et blessant plusieurs autres personnes, ont fait savoir la mission de l'Onu, la Monusco, et l'armée congolaise. La Monusco dit avoir déployé des hélicoptères en réplique à cette attaque, et l'armée congolaise a déclaré que des combats étaient en cours avec les agresseurs le long de l'axe routier menant du secteur de Beni, dans la province du Nord-Kivu, à la frontière ougandaise. Les combats, qui ont éclaté ce week-end, constituent un énième foyer de violences dans une région en proie aux tensions ethniques et à des massacres qui ont fait plus de 800 morts de 2014 à 2016. Les agresseurs appartiendraient aux Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe islamique ougandais actif près de la frontière. L'attaque a visé des bases situées dans la localité de Mamundioma, à plus de 30 km au nord-est de Beni, a déclaré la Monusco dans un communiqué. Dimanche, on avait appris auprès de responsables politiques de la région que des hommes armés avaient tendu une embuscade à un groupe d'une trentaine de civils dans le nord-est de la RDC et tué nombre d'entre eux, avant d'engager des affrontements avec l'armée. Selon la Monusco, cette embuscade, imputée aux ADF, a peut-être fait jusqu'à 20 morts chez les civils. (Fiston Mahamba; Eric Faye pour le service français)