Bas-Rhin : Une victime de violences conjugales glisse un "SOS" à la pharmacienne pour alerter la police

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Une femme s’est présentée dans une pharmacie près de Strasbourg et a remis un petit mot où il était écrit "SOS". (Photo d'illustration : Miguel MEDINA / AFP via Getty Images) (AFP via Getty Images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une femme enceinte s'est présentée dans une pharmacie ce mardi, accompagnée de son compagnon suspecté de violences conjugales. Elle a pu glisser un petit mot où il était écrit "SOS".

Une pharmacienne d’Illkirch-Graffenstaden, en banlieue strasbourgeoise, a alerté la police ce mardi 24 mai après avoir reçu un mot de l'une de ses clientes, rapporte Ouest-France.

Une femme enceinte de 36 ans, s'était présentée accompagnée de son mari vers 17H à l'officine et avait pu remettre avec son ordonnance, un petit mot sur lequel était écrit "SOS".

L'homme interpellé par la police

Comprenant rapidement la situation, la pharmacienne prévient alors la police. L'homme est interpellé et placé en garde à vue.

"La victime a exposé aux policiers les violences verbales et les menaces de mort dont elle a été victime et pour lesquelles elle n’a pour l’heure jamais osé déposer plainte. Elle a également évoqué le contexte particulièrement compliqué de sa relation actuelle avec son conjoint, le tout dans un climat de séparation et de mariage de complaisance", relate la Direction départementale de la sécurité publique dans un communiqué.

L'individu âgé de 30 ans sera prochainement présenté à la justice.

VIDÉO - Anne, victime de violences conjugales pendant 25 ans : "Pendant qu’il essayait de me tuer, mon mari était au téléphone avec sa maîtresse"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles