Bars et restaurants : flou autour de la réouverture, les professionnels dans l'attente

À Toulouse (Haute-Garonne), Olivier Bouscatel, gérant de la brasserie Les Illustres, se prépare à rouvrir pour la mi-mai, dans une configuration presque normale. En Haute-Garonne, le taux d'incidence est plutôt bon, 212 cas pour 100 000 habitants. Une adaptation des mesures en fonction des départements semble ici convenir aux restaurateurs. "C'est une bonne nouvelle, mais on demande juste de connaitre les modalités pour rouvrir", nuance toutefois Olivier Bouscatel. De nombreuses incertitudes Pour Olivier Dupuis, gérant du restaurant Antica Salumeria, impossible d'agrandir la terrasse sur le trottoir. Il attend donc de connaitre la date de réouverture des salles, et le nouveau protocole sanitaire. "Le cahier de rappel, la distanciation, ça marchait très bien, commente ce dernier. Maintenant, est-ce qu'il y aura d'autres choses à respecter ? C’est important de le savoir vraiment au plus vite." À Marseille (Bouches-du-Rhône), Coline Faulquier, une jeune restauratrice étoilée, fait ses comptes sur sa terrasse intérieure. Elle n'a pas la certitude de pouvoir rouvrir mi-mai, car le taux d'incidence dans son département est deux fois plus important qu'en Haute-Garonne. Elle préfère se concentrer sur la vente à emporter. "Rouvrir à moitié, c'est perdre de l'argent", justifie la cheffe du Signature. Après sept mois de fermeture, tous les professionnels du secteur sont encore dans l'attente et l'incertitude.