Bars, restaurants, écoles: Israël retrouve peu à peu une vie normale

Robin Verner
·3 min de lecture
Des clients attablés à Jérusalem.  - Emmanuel Dunand
Des clients attablés à Jérusalem. - Emmanuel Dunand

Sur les photos, on glane les sourires de la vie d'avant qui, si tout va bien, sera aussi celle de demain pour les Français. Israël retrouve en effet le chemin vers une vie normale grâce à sa solide et massive campagne de vaccination, et les scènes de rassemblements, de virées dans les bars et les clichés de restaurants rendus à leur clientèle fleurissent dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Depuis ce dimanche en effet, les restaurants, les cafés et bars, les salles de réception, les hôtels, les associations sportives, les établissements culturels, certaines entreprises et écoles ont rouvert. C'est un mieux indéniable pour un pays qui est sorti progressivement d'un troisième confinement à compter de la mi-février. Mais des contraintes subsistent.

58,61% des Israéliens ont reçu au moins une dose

Ainsi, si les élèves relevant de classes allant de la 5e à la 2nde peuvent retourner entre les murs de leurs écoles, celles-ci ne peuvent rouvrir que dans les zones à faible taux de contamination par le Covid-19. De plus, tous les bâtiments et activités retrouvant leur public se doivent de limiter la jauge des présents.

Certains lieux ne sont ouverts qu'aux détenteurs d'un "passeport vert", délivré aux personnes vaccinées (ayant reçu les deux doses) et aux guéris du Covid-19. Ainsi, dans les bars et les restaurants, ceux-ci ont accès à la salle, les autres doivent se contenter de la terrasse.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Mais ils ne tarderont pas à pouvoir passer à l'intérieur. Selon les chiffres livrées ici par Le Monde, et arrêtés au mercredi 10 mars, 58,61% des Israéliens ont reçu au moins une dose du vaccin Pfizer, et ils sont 46,21% à avoir bénéficié des deux doses.

Julien Bahloul, ancien journaliste d'I24 News, décrit sur Twitter: "Tables de restaurants sur les routes devenues piétonnes, les terrasses pleines à craquer, les bars bondés ... Tel-Aviv est bien de retour"

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"C'est la première nuit que les restaurants rouvrent en Israël, après un an de fermeture. (Preuve de vaccination requise à l'entrée)", écrit cet autre compte.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Derrière la joie, la peur du provisoire

En lever de rideau de la période de détente qui s'est donc ouverte dimanche, les habitants de Tel-Aviv ont même eu le droit d'assister à une série de quatre concerts dans le stade Bloomfield, qui héberge notamment les prestations footballistiques de l'Hapoël, dès le week-end dernier, à commencer par la performance vendredi du chanteur Ivri Lider et ses musiciens, comme l'a relaté France 24. Sur présentation d'un certificat du ministère de la Santé attestant qu'on leur avait administré les deux doses, 500 personnes ont pu gagner la tribune.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Tout de même, certains questionnent cette situation, comme ce cafetier de Tel-Aviv qui a protesté auprès de RFI: "C’est une illusion optique. Ce n’est pas une ouverture. On met juste des tables et des chaises. Si un enfant de moins de 12 ans va aux toilettes à l’intérieur, je dois payer une amende de 5000 shekels. Alors, c’est ouvert juste pour l'esthétique!"

D'autres craignent que ce retour à la vie (quasi) normale ne soit qu'un faux-semblant des plus politiques, motivé par la proximité des élections législatives le 23 mars prochain. Amit, interrogé ici par Le Monde en marge d'un portfolio, s'est ainsi demandé: "Une fois qu’on aura voté, est-ce que tout refermera encore?"

Article original publié sur BFMTV.com