Barron Trump : pourquoi le fils de Donald et Melania coûte encore de l'argent aux Américains

·1 min de lecture

Pour beaucoup d'Américains, le départ de Donald Trump et de sa famille de la Maison-Blanche a constitué un véritable soulagement. Pourtant, les liens des Trump avec l'administration américaine ne sont pas complètement coupés. Car le clan multimilliardaire continue de générer des frais pour le contribuable américain. Être président des Etats-Unis s'accompagne en effet d'avantages qui vont bien au-delà du passage au sein du bureau ovale. Outre une pension de retraite de 219 000 dollars par an, Donald Trump pourra être aidé financièrement pour constituer son bureau officiel et se faire rembourser ses frais de sécurité et de voyages officiels à hauteur d'un million de dollars par an.

Des avantages pécuniaires qui s'étendent au-delà de sa personne. Melania Trump a ainsi le droit à une pension de retraite (elle s'élève à environ 20 000 dollars par an) et son fils Barron peut quant à lui encore bénéficier de la protection présidentielle, selon Business Insider. Ce système a été mis en place pour les enfants de présidents et couvre leur sécurité jusqu'à l'âge de 16 ans. Très discret, le jeune adolescent, qui fêtera le 20 mars prochain ses 15 ans, n'a pas été vu depuis son départ de la Maison-Blanche. Pour l'instant, nul ne sait si le jeune garçon a été scolarisé dans un établissement de Floride ou suit ses cours à distance. Des secrets qui participent à sa préservation.

Le jeune Barron n'est pas le seul à bénéficier du statut de son père. Donald Jr, Ivanka, Eric, et Tiffany Trump ont (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Rififi entre Meghan Markle et le palais : une histoire de vêtements de luxe à l'origine de l'affaire ?
Emmanuel Macron en quête de « l’onction sarkozyste » ? La majorité a tilté sur une petite phrase
Michel Drucker photographié de dos : l’animateur encore diminué se requinque
VIDEO - "Si vous voyez Olivier Véran..." : Pascal Praud, évité par le ministre de la Santé, règle ses comptes
« Zéro covid c’est impossible », le Dr Gérald Kierzek évoque la sortie de crise