Barrage du Nil : l'Union africaine annonce l'échec des pourparlers

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Le barrage de la Renaissance éthiopienne est en construction sur le Nil Bleu, en Éthiopie, non loin de la frontière avec le Soudan.
Le barrage de la Renaissance éthiopienne est en construction sur le Nil Bleu, en Éthiopie, non loin de la frontière avec le Soudan.

La guerre du Nil aura-t-elle lieu en 2021 ? On peut légitimement se poser la question après l'annonce par l'Union africaine de l'échec des pourparlers tripartites entre le Soudan, l'Égypte et l'Éthiopie concernant le grand barrage de la Renaissance. « Nous ne pouvons pas continuer dans ce cercle vicieux de négociations illimitées, sachant que le Gerd pose une menace directe sur le barrage soudanais de Roseires », a affirmé, de son côté, le ministre soudanais de l'Irrigation et des Ressources en eau, Yasir Abbas. Ce dernier, à l'instar des autres négociateurs soudanais, réclame désormais que les négociations se poursuivent à un plus haut niveau, soit entre les dirigeants des trois pays concernés et l'UA. Comment en est-on arrivé là, alors qu'il y a tout juste une semaine les discussions étaient relancées ?

Les pourparlers de la dernière chance

En effet, la semaine dernière, les trois pays concernés s'étaient mis d'accord pour tenir de nouveaux pourparlers dans l'espoir de parvenir à un accord sur la gestion et le remplissage du réservoir du grand barrage de la Renaissance (Gerd). Le projet lancé en 2011 est destiné à devenir la plus grande installation hydroélectrique d'Afrique, mais il risque également de réduire le débit de l'eau du Nil lorsqu'il atteint l'Égypte. Un casus belli pour les Égyptiens.

Les derniers pourparlers, qui se sont tenus début novembre, s'étaient conclus sans avancée, les négociations étant dans l'impasse depuis plusieurs mois. Le Caire [...] Lire la suite