Barrage sur le Nil : un compromis esquissé entre les parties

Le Point Afrique (AFP)

Les protagonistes du dossier s'étaient réunis à Addis-Abeba, le 8 janvier 2020. 

LITIGE. Après neuf ans de discussions sans aucun résultat, l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan déclarent s'être entendus pour un futur accord.


Timides avancées dans les négociations sur le barrage de la Renaissance. Après plus de deux mois de tractations plus ou moins fructueuses, les ministres des Affaires étrangères et de l'Eau de l'Égypte, de l'Éthiopie et du Soudan, réunis ces trois derniers jours à Washington, « ont constaté les progrès réalisés », peut-on lire dans un communiqué commun. La médiation s'est également faite en présence du secrétaire américain au Trésor et du président de la Banque mondiale, observateurs du processus.

Selon le texte, le remplissage aura lieu « par étapes » de manière « coopérative », essentiellement pendant la saison des pluies de juillet-août, voire jusqu'en septembre si les conditions sont réunies. Cette phase cruciale prendra en compte « les conditions hydrologiques » et « l'impact sur les réservoirs en aval ». La première phase de ce remplissage permettra de commencer la production d'électricité, mais des mesures seront prises pour « atténuer » les inconvénients pour l'Égypte et le Soudan « en cas de forte sécheresse ».

Le mécanisme pour les étapes suivantes du remplissage doit encore faire l'objet d'un accord qui parvienne à la quadrature du cercle : satisfaire les besoins éthiopiens en électricité sans affecter les deux autres pays pendant les périodes prolongées de sécheresse. Un fléau pour lequel les ministres sont convenus de la « responsabilité partagée » de leurs trois pays. Si la date butoir du 15 janvier, censée déterminer la finalisation d'un accord, n'a pas été entièrement respectée, les conclusions de la réunion américaine sont tout de même à souligner.

Lire aussi : Ces si âpres négociations à propos du grand barrage sur le Nil

Neuf ans de tensions

Car les négociations autour de la mise en marche du projet sont quasiment à l'arrêt depuis neuf ans. Long de (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Afrique : la bataille de l'accès à l'énergie se joue maintenant
Energie hydroélectrique : la nouvelle stratégie africaine
Angola : et si Isabel dos Santos créait la surprise ?
CAN 2021 : ce sera en janvier au Cameroun
Recevez la newsletter Le Point.fr