Barbara Pompili veut rivaliser avec Hulot

·1 min de lecture

La ministre de la Transition écologique défend à l'Assemblée son projet de loi « Climat et résilience » et se compare à Nicolas Hulot. 

L’examen de son projet de loi « Climat et résilience » a commencé lundi 29 mars à l’Assemblée nationale. La discussion sur ce dernier grand texte du quinquennat devrait durer trois semaines et promet d’être agitée tant les points de friction sont importants, de la diminution de la publicité à la rénovation thermique des logements en passant par les menus végétariens dans les écoles. En première ligne, la ministre de la Transition écologique se montre confiante. Les débats en commission se sont finalement plutôt bien passés. « On m’avait promis que je serais lynchée, que la majorité se déchirerait… Rien de tout ça ne s’est produit », confie-t-elle.

Convertie à « l’écologie pratique plutôt que punitive », Barbara Pompili aligne ses résultats, de l’interdiction de la chasse à la glu aux mesures sur le bien-être animal, en passant par les 30 milliards d’euros du plan de relance dédiés à l’écologie. Elle n’hésite pas à se comparer à Nicolas Hulot : « Nicolas et moi, nous avons les mêmes convictions mais, sans doute, pas la même culture, ni la même vision de l’action. Mais à la fin du mandat, on verra bien qui aura le meilleur bilan de tous les ministres de l’Ecologie d’Emmanuel Macron, Hulot compris ! »


Retrouvez cet article sur Paris Match