Quand Barack Obama "humiliait" Donald Trump

·2 min de lecture

«Le Journal du Dimanche» publie de premiers et larges extraits d'«Une terre promise» de Barack Obama, qui paraitra mardi en France aux éditions Fayard. L'ancien président des Etats-Unis revient notamment sur sa relation avec son successeur.

C'est un événement littéraire et politique. Mardi, paraitra dans le monde entier «Une terre promise» de l'ancien président des Etats-Unis Barack Obama, un récit de 890 pages publié en France aux éditions Fayard. Dans son édition du jour, «Le Journal du Dimanche» publie de premiers et larges extraits qui éclairent notamment sur sa relation avec son successeur à la Maison-Blanche Donald Trump, par exemple quand ce dernier affirmait que Barack Obama était né au Kenya et non pas à Hawaï.

«Des émissions consacraient de longues plages à Trump et à ses théories. […] Les discussions tournaient beaucoup autour du fait que le document que nous avions diffusé en 2008 était un "extrait" d’acte de naissance, soit le document standard délivré par l’État de Hawaï pour les demandes de passeport, de numéro de sécurité sociale ou encore de permis de conduire. Mais, à en croire Trump et sa clique, cet extrait ne prouvait rien. On nous demandait donc pourquoi je n’en avais pas fourni la version intégrale. Certaines informations avaient-elles été délibérément omises de l’extrait ? Peut-être des informations indiquant que j’étais musulman ? L’acte intégral avait-il été falsifié ? Que cachait donc Obama ? Finalement, j’ai décidé que j’en avais ma claque.», explique Barack Obama, qui sera «forcé» de publier un acte de naissance intégral. Mais il n'en avait pas fini avec le milliardaire.

Lors du dîner des correspondants à la Maison-Blanche en 2011, alors que Donald Trump était dans la salle, Barack Obama, avec un flow qu'on lui connait, assénait le coup de grâce. «Arrivé à la moitié de mon monologue, je me suis tourné directement vers Trump. "Je sais qu’il a essuyé quelques critiques dernièrement, ai-je dit, mais personne n’est plus(...)


Lire la suite sur Paris Match