"Banquier russe", "climatohypocrite", "moi, j'ai lu la Constitution"... Les phrases à retenir du débat

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron et Marine Le Pen avant le débat le 20 avril 2022 - Ludovic Marin/pool/AFP
Emmanuel Macron et Marine Le Pen avant le débat le 20 avril 2022 - Ludovic Marin/pool/AFP

À chaque débat ses phrases-choc qui marqueront les mémoires. Du "vous n'avez pas le monopole du coeur" de Valéry Giscard d'Estaing à François Mitterrand en 1974 aux "Envahisseurs" de Marine Le Pen en 2017 en passant par la "colère saine" de Ségolène Royal en 2007, chaque match télévisuel d'entre-deux-tours donne lieu à des phrases qui restent. BFMTV.com a sélectionné les plus marquantes de ce mercredi soir.

• "Vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie"

Ce fut le tout premier moment de tension du débat lorsqu'Emmanuel Macron a visé les liens de Marine Le Pen avec le président russe.

"Vous dépendez du pouvoir russe et vous dépendez de monsieur Poutine. Vous ne parlez pas à d’autres dirigeants, vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie, parce que (...) Madame Le Pen, vous avez contracté un prêt en 2015 auprès d'une banque russe, la First Czech-Russian Bank", l'a attaqué le candidat. 876450610001_6304541218001

Marine Le Pen, elle, a répondu qu'elle n'avait pas eu le choix. "C'est parce qu'aucune banque française n'a voulu m'accorder de prêt", a rétorqué la candidate, assurant que les banques donnaient l'impression de "choisir leurs candidats". Elle a notamment attaqué son rival sur la "banque française de la démocratie", qui n'a jamais été mise en œuvre.

• "Vous n'avez pas lu ma loi". "Non, mais j'ai lu la Constitution"

Les deux candidats ont également croisé le fer sur l'interdiction du port de voile proposée par Marine Le Pen.

"Je suis pour l'interdiction du voile dans l'espace public car je pense que c'est un uniforme imposé par les islamistes", a affirmé la représentante du RN. Son concurrent Emmanuel Macron lui répond alors que cette loi va créer une "guerre civile". Selon lui, il s'agit d'une "loi de rejet", qualifiant même cette mesure d'inconstitutionnelle.

876450610001_6304553788001 "Vous n'avez pas lu ma loi", lui fait alors remarquer son adversaire. "Non, mais j'ai lu la Constitution française, excusez-moi", lui réplique alors le président.

• Macron accuse Le Pen d'être "climatosceptique", la candidate le dépeint en "climatohypocrite"

Les candidats ont haussé le ton en évoquant les sujets environnementaux. "Vous êtes climatosceptique", a lancé Emmanuel Macron jugeant le programme écologique de sa concurrente "sans queue ni tête", lui reprochant notamment de ne pas avoir "un mot sur l'écologie dans (ses) 22 mesures pour la France".

876450610001_6304550834001 "Je ne suis absolument pas climatosceptique, vous vous êtes climatohypocrite", a répondu Marine Le Pen. Sur ce thème, elle prône le localisme et fustige "l’écologie punitive" du programme de son concurrent.

Le président a été jugé nettement plus convaincant que sa concurrente à l'issue du débat de l'entre-deux-tours: 59% des téléspectateurs le désignent comme vainqueur de la joute, contre 39% pour la candidate du RN selon notre sondage réalisé par Elabe pour BFMTV et L'Express.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles