Les banques russes bannies de SWIFT ont-elles des alternatives ?

Les banques russes bannies de SWIFT ont-elles des alternatives ?

Dans le cadre de sa liste de sanctions qui ne cesse de s'allonger, l'Union européenne a interdit aux principales banques russes l'accès à SWIFT, le système hautement sécurisé qui permet les transactions financières dans le monde entier.

Basé en Belgique, SWIFT est l'acteur dominant de la finance moderne : selon l'organisation, plus de 11 000 institutions dans plus de 200 pays utilisent le réseau pour conclure des paiements.

On estime que SWIFT envoie, en moyenne, 42 millions de messages par jour.

Les dirigeants européens ont choisi d'exclure de SWIFT plusieurs banques russes, dont la Sberbank, la plus grande du pays, dans le but de couper le Kremlin de l'économie mondiale et de drainer progressivement les ressources qu'il déverse dans l'invasion militaire de l'Ukraine.

Mais le fait d'être exclu de SWIFT n'est pas la fin du chemin - cela ne fait qu'ajouter des obstacles et des complications supplémentaires.

Les banques figurant sur la liste noire disposent encore d'un éventail d'options limitées - et parfois risquées - pour contourner l'interdiction de SWIFT et continuer à faire des affaires avec leurs partenaires internationaux.

Regardez la vidéo ci-dessus pour découvrir les alternatives au système SWIFT.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles