La Banque de France va tester une monnaie numérique

Guinot, Danièle
François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS/AFP

L’institution veut répondre aux projets de cryptomonnaie de Facebook.

La France à la pointe de l’innovation monétaire en zone euro? La Banque de France testera l’année prochaine des règlements entre institutions financières en «monnaie digitale de banque centrale», a annoncé mercredi le gouverneur de l’institution, François Villeroy de Galhau. Pour l’instant, ces euros numériques (ou e-euros) ne seront utilisés que pour régler des transactions sur les marchés financiers réalisées par les acteurs institutionnels (transactions dites de «gros»).

Concrètement, il s’agit de créer un euro sous forme numérique, émis par la BCE, en se fondant sur la technologie, comme la blockchain par exemple. Actuellement, la banque centrale européenne n’émet que des pièces et des billets.La Banque de France veut lancer un appel à projets d’ici la fin du premier trimestre 2020.

» LIRE AUSSI - Jean-Pierre Robin: «Dollar, euro, yen, les devises des États seront numériques ou ne seront plus»

«Cela permettrait de gagner en efficacité et rapidité et, espérons-le, de réduire les coûts des transactions. Aujourd’hui ces règlements prennent deux jours», explique Nathalie Aufauvre, directrice générale de la stabilité financière et des opérations à la Banque de France. Si les tests réalisés en France et dans d’autres pays de la zone euro sont couronnés de succès, le règlement de transactions financières avec des e-euros devrait être autorisé par la BCE dans l’ensemble des pays.

À plus long terme, les e-euros pourraient éventuellement remplacer les billets de banque et les pièces. Cette solution est déjà étudiée par la Suède et la Chine où les paiements en cash sont en voie de disparition. A terme une partie des paiements pourraient être effectués avec des monnaies numériques, mais les paiements dématérialisés par carte bancaire ou mobile continueraient à exister.

L’initiative de la zone euro en matière de monnaie virtuelle vise aussi à apporter une réponse au projet Libra de Facebook. «La mise (...) Lire la suite sur Figaro.fr

La guerre ouverte entre «faucons» et «colombes» à la BCE fragilise l’euro 
Libra: «Pas question d’ouvrir la boîte de Pandore» 
Bertille Bayart: «Facebook ne doit pas battre monnaie» 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro