La Banque centrale du Nigeria s'attaque aux utilisateurs des cryptomonnaies

·1 min de lecture

C'est un coup dur pour les possesseurs de cryptomonnaies au Nigeria. La Banque centrale a demandé aux banques de fermer les comptes utilisant des cryptomonnaies, rappelant qu'elles ne sont pas autorisées dans le pays.

Davido, la star incontestée de la scène musicale nigériane va sans doute devoir renoncer à son projet. Il annonçait cette semaine vouloir lancer une société de trading en bitcoin, alléché comme des centaines de milliers de ses compatriotes par l'insolente santé de la cryptomonnaie. Les Nigérians sont en effet les rois du bitcoin, en Afrique, mais aussi dans le monde où ils figurent dans le trio de tête des pays possédant le plus de comptes en cryptomonnaie.

Mais le régulateur et la Banque centrale mènent la vie dure aux centaines de milliers d'utilisateurs de bitcoin au Nigeria depuis déjà quelques années. En 2017, ils avaient déclaré illégale l'utilisation du bitcoin. Cette fois-ci, la Banque centrale va plus loin et demande aux banques de fermer les comptes en cryptomonnaie.

Le crime organisé et les fraudeurs dans le viseur

Les autorités savent que ces monnaies virtuelles ne sont pas seulement des valeurs refuges pour préserver l'épargne de la forte inflation. Elles sont aussi utilisées par les fraudeurs et les criminels pour blanchir des capitaux ou échapper au fisc. Et c'est le crime organisé qui est d'abord dans le collimateur des autorités monétaires. Reste à savoir si la mesure sera efficace et même applicable, ou si elle ne va pas, au contraire, faire basculer les cryptomonnaies dans le monde souterrain de l'économie grise.

►À lire aussi : Aujourd'hui l'économie - Le bitcoin sera-t-il la valeur refuge du XXIe siècle ?