Banksy s'invite à la Biennale de Venise... et en est chassé

Ophelia Pinto
Banksy s'invite à la Biennale de Venise

STREET ART - Ni vu ni connu. Enfin presque. Non convié à la célèbre Biennale de Venise qui s’est ouverte le 11 mai, le street-artist Banksy a révélé, à sa manière, qu’il s’était invité dans les rues de la ville.

Dans une vidéo postée ce mercredi 22 mai sur son compte Instagram, le très mystérieux artiste britannique apparaît sur la place Saint-Marc, en plein centre de la Sérénissime. Bien que la Biennale “soit l’événement artistique le plus prestigieux au monde, je n’ai jamais été invité, pour une raison quelconque”, a t-il légendé avec humour.

Dans la vidéo, le street-artist, déguisé en marchand de rue, installe un petit stand de chevalets et de peintures à l’huile qui viennent remplacer les pochoirs satiriques et subversifs qu’on lui connaît si bien. Vêtu d’un long manteau gris et d’un chapeau vert, Banksy se cache derrière son journal tandis que des passants admirent son oeuvre.

L’art pour dénoncer le tourisme de masse

L’installation en question s’intitule “Venice in Oil” selon un petit cartel disposé sous les toiles. Un jeu de mots car “oil” signifie aussi bien l’huile des tableaux que le pétrole des bateaux de tourisme. Le message est clair. Son œuvre, un assemblage de neuf toiles représentant un énorme paquebot blanc, dénonce la présence des navires de croisière sur la lagune et la pollution qu’elle engendre.

Mais sa présence n’a été que de très courte durée. Sans autorisation d’exposer, l’artiste a été chassé par les policiers. “Vous avez l’autorisation, ou vous partez” explique l’un d’eux dans la vidéo. Il a dû se résigner à remballer ses chevalets.

Une nouvelle œuvre à Venise ?

Mais pas question pour Banksy de quitter la ville sans laisser une trace de sa venue. Ces derniers jours, plusieurs internautes ont ainsi repéré un graffiti rappelant fortement le style de l’artiste.

Celui-ci représente un enfant vêtu d’un gilet de sauvetage, venant de déclencher un signal de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post