Banksy immortalisé dans un livre de photos retraçant ses débuts

Lee Moran

STREET ART - L’ex-galeriste de Banksy va publier un nouveau livre de photos retraçant l’époque où il travaillait avec l’insaisissable artiste urbain.

“Banksy Captured” contient des centaines de clichés inédits, que Steve Lazarides a pris de Banksy et de ses œuvres entre 1997 et 2008. Certaines de ces photos – que Le HuffPost a obtenues en exclusivité avant la publication du livre – montrent l’artiste au travail, bien que son visage soit partiellement caché pour ne pas révéler son identité.

Banksy Captured contient des images inédites (dont celle-ci), prises par Steve Lazarides pendant les onze années où il a travaillé avec l’artiste.

Steve Lazarides et Banksy (tous les deux originaires de Bristol, dans le sud-ouest de l’Angleterre) se sont rencontrés en 1997, quand le premier était directeur du service photo et photographe attitré du magazine Sleazenation, aujourd’hui disparu.

“On faisait un article, et quelqu’un a prononcé le nom de Banksy. À l’époque, personne n’avait entendu parler de lui, alors j’ai appelé quelques-unes de mes connaissances [de Bristol] et je l’ai photographié sur le quai”, se souvient-il. “Je m’en souviens encore. J’avais une Ford Escort toute pourrie. On est sorti se bourrer la gueule. Le lendemain, quelqu’un m’avait piqué ma bagnole.”

“Les choses se sont enchaînées. J’ai commencé par être son photographe, et puis je me suis mis à vendre certaines de ses œuvres et j’ai fini par en vendre plus que son agent de l’époque. Je suis donc devenu son agent, son négociant, son chauffeur. On a ouvert une galerie. Mais on n’avait pas une relation artiste-galeriste ordinaire. Elle était bien plus profonde, plus forte. On s’est éclatés.”

L’identité de Banksy a fait l’objet de nombreuses spéculations au fil des ans mais n’a jamais été officiellement confirmée.

Steve Lazarides, qui a étudié la photographie à l’université, a documenté les nombreux coups de pub, performances, studios et projets de Banksy. Il voulait que ses photos aient un intérêt propre.

“Je prenais une photo comme je le ferais dans d’autres circonstances, pas comme si je prenais une œuvre de Banksy en photo, si vous voyez ce que je veux dire”, explique-t-il.

Plus de 12 000 négatifs de cette époque avec l’artiste “sont restés dans des dossiers pendant des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post