Bangladesh: plusieurs morts par balle lors d'une manifestation anti-Modi

·2 min de lecture

Au Bangladesh, au moins cinq personnes ont été tuées alors qu’elles manifestaient contre la venue du Premier ministre indien Narendra Modi. Une visite qui a commencé ce vendredi matin dans le cadre des célébrations des cinquante années d’indépendance du Bangladesh par rapport au Pakistan.

Les heurts ont éclaté dans une petite ville rurale du sud du Bangladesh, Hathazari, où sont basés les principaux chefs du groupe islamiste radical Hefazat-e-Islam, auquel appartenaient les personnes tuées. Selon le gouvernement local les manifestants attaquaient un commissariat en chantant des slogans anti-Modi. Hefazat-e-Islam affirme de son côté que la police a ouvert le feu sur des manifestants pacifiques.

Dans la ville de Brahmanbaria, une personne a été tuée dans les heurts, a indiqué un porte-parole de la police. Selon lui, les agents « ont ouvert le feu » et lancé du gaz lacrymogène en direction des manifestants.

Plus tôt dans la journée, il y avait déjà eu des heurts dans la capitale Dacca lors d’une manifestation anti-Modi près de la principale mosquée du pays. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées selon la presse locale.

De fait, cela fait plusieurs jours que des manifestants accusent Narendra Modi d’attiser les tensions religieuses en Inde et d’avoir incité à des violences contre la minorité musulmane qui ont fait un millier de mort en 2002 dans l’État indien du Gujarat qu’il dirigeait à l’époque.

Ce vendredi, à Dacca, lors la clôture du festival organisé pour l’anniversaire de l’indépendance du Bangladesh, une cérémonie à laquelle assistait Narendra Modi, la Première ministre Sheikh Hasina a, elle, apprécié l’envoi gratuit par son homologue indien de vaccins contre le coronavirus à ses voisins, parmi lesquels le Bangladesh. Et elle a salué l’Inde comme un « partenaire de développement. »