Bangladesh: les manifestations contre la visite de Narendra Modi se poursuivent

·2 min de lecture

La visite du Premier ministre indien au Bangladesh provoque la colère d’une partie de la population de ce pays à majorité musulmane, qui le juge islamophobe. De violents affrontements avec la police ont fait plusieurs morts et des blessés.

Avec notre correspondant régional, Côme Bastin

C’est sa première visite diplomatique depuis le début de la pandémie et ce n’est pas n’importe laquelle. Narendra Modi a été invité deux jours par son homologue Sheikh Hasina au Bangladesh pour les 50 ans de l’indépendance du pays.

Mais ce vendredi 26 mars, des manifestations ont éclaté contre sa venue en raison de sa politique jugée anti-musulmane en Inde. Cinq étudiants du mouvement islamiste Hefazat ont été tués lors d’affrontement avec la police dans les villes de Chittagong et Brahmanbaria. Des dizaines de blessés ont été dénombrés à travers le pays, notamment dans la capitale Dacca où avait lieu la parade nationale. Des forces paramilitaires ont été déployées pour maîtriser la situation.

Groupe radical

Ces affrontements n’ont pas interrompu la visite d’État. Narendra Modi a insisté sur les liens entre les deux pays, affirmant que l’Inde et le Bangladesh cherchaient « le développement, la stabilité, l'amour et la paix ».

Ce samedi, il s’est rendu dans un temple de la secte Matua, un mouvement hindou qui compte des fidèles au Bangladesh, ainsi que dans l’État indien du Bengale-Occidental, où se tiennent des élections régionales.

Mais en dépit des mesures prises par les autorités, des centaines d'islamistes se sont rassemblés à Dacca, devant la plus grande mosquée du pays, Baitul Mukarram Masjid, pour protester contre la répression de la veille et la visite du Premier ministre indien.

Les protestataires, qui scandaient des slogans hostiles à Narendra Modi, étaient des partisans du groupe Hefazat-e-Islam, le groupe radical le plus important du pays, qui avait déjà appelé aux manifestations vendredi.

À lire aussi : Bangladesh: plusieurs morts par balle lors d'une manifestation anti-Modi