Le bandonéoniste argentin aurait eu 100 ans : Astor Piazzolla, l'homme qui révolutionna le tango

Annie Yanbekian
·1 min de lecture

Le 11 mars 1921, Astor Piazzolla voyait le jour à Mar del Plata, dans la province de Buenos Aires. Pétri d'influences diverses dès son enfance, poussé par Nadia Boulanger à assumer sa vision artistique, ce musicien indomptable et déterminé allait révolutionner le tango, musique reine de la capitale argentine, et imposer dans les années 60 son tango nuevo ("nouveau tango"), suscitant une forte résistance des tenants de la tradition, allant parfois jusqu'aux attaques physiques de leur part. Après des décennies de carrière, Piazzolla quittera prématurément la scène le 4 juillet 1992, à 71 ans, des suites d'une attaque cérébrale. Jean-Luc Thomas, rédacteur en chef du magazine spécialisé La Salida, nous raconte le parcours de ce personnage hors du commun, son enracinement classique, ses affinités avec le jazz, mais aussi son positionnement contestable durant la dictature militaire.

Libertango (1974), l'un de ses plus grands classiques (le célèbre thème démarre à 2'40'')


Franceinfo Culture : Dans quel contexte musical Astor Piazzolla débute-t-il sa carrière en Argentine ?
Jean-Luc Thomas : Il arrive dans ce qui est encore l'âge d'or du tango, dans les années 1940, 1950, avant que cet âge d'or n'entame son déclin vers la fin des années 1950. À cette époque, le tango est une musique qui s'adosse à une poésie très forte, ses auteurs écrivent des textes magnifiques. C'est encore une musique de masse, une musique à danser. Ce sera le péché originel de Piazzolla vis-à-vis du milieu (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi